100 000 personnes auraient recours chaque année à cette pratique interdite dans notre pays. Un député souhaite la régulariser.