Facebook peut servir d'alibi électronique