Facebook mark Zuckerberg
 
Mark Zuckerberg, le patron de Facebook. - AFP

Le groupe a supprimé 32 pages et comptes sur Facebook et Instagram, soupçonnés de vouloir perturber la campagne des élections de mi-mandat américaines. L’ombre de la Russie plane sur cette nouvelle affaire.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Charles Petit
    Charles Petit     

    Une manipulation politique !? Alors que la politique n'est que manipulation !?

    "activité politiquement suspecte est détectée" et bien entendu c'est Facebook qui décide ce qui est suspect et ce qui ne l'est pas...Autrement dit Facebook entre de plein pied dans la manipulation des masses, mais cela on le savait déjà, rien que par son système de récompenses Pavlovien...

    Maintenant, c'est Facebook, tout comme la censure de ce bout de chaire artistique que l'on ne saurait voir, qui décide de ce qui est politiquement pure et de ce qui ne l'est pas, tout en étant soi même dépendant des politiques qui peuvent réglementer l'activité de Facebook...

    Un drôle de mélange des genres, d'ici à dire que Facebook manipule la pensée politique des citoyens, il n'y a qu'un pas que je franchirais allègrement, puisqu’au pire mon avis sera supprimé et au mieux me fera saliver comme un de ces chiens politiques conditionnés.

Votre réponse
Postez un commentaire