L'algorithme sur lequel repose le service Google Traduction contenait des biais sexistes.
 
Le logo de Google. - Tolga Akmen / AFP

L’équipe en charge du développement de Dragonfly a été affectée à de nouveaux projets. Ses travaux s'appuyaient sur les données collectées depuis le site chinois 265.com, le seul appartenant à Google et autorisé dans le pays.

Votre opinion

Postez un commentaire