Déni de service : à qui la faute ?

D'après Symantec UK, 95 % des machines de particuliers sont impliquées, à leur insu, dans des attaques de déni de service. Sa conclusion : il faut éduquer les internautes. Pour d'autres, les éditeurs doivent mieux sécuriser leurs logiciels.