Avec une capitalisation boursière d'environ 300 milliards de dollars, Cisco impose sa loi en matière d'acquisitions et handicape ses concurrents.