A Besançon, tout passe par Internet