En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Cyberchantage : après un suicide, la justice ouvre une information judiciaire

A la suite du suicide d'un jeune Brestois l'automne dernier, la police avait mené une enquête préliminaire qui a conduit à l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet.

laisser un avis
Le jeune homme avait été contacté via Chatroulette.
Le jeune homme avait été contacté via Chatroulette.
Le cyberchantage est un business qui fait la fortune des malfrats. Il conduit aussi au désespoir les nombreuses victimes et leurs familles. En octobre 2012, un jeune Brestois de 18 ans se suicidait après avoir été victime de cyberchantage. Le parquet de la ville bretonne vient d'ouvrir une information judiciaire pour « tentative d'extorsion », a révélé le 4 avril 2013 le quotidien Ouest France.
Le jeune homme, élève de terminale, avait été victime d'une personne mal intentionnée, qui lui réclamait 200 euros pour ne pas diffuser une vidéo le montrant dénudé. Ne supportant pas le risque d’être humilié devant tous ses amis, il s’était pendu.
La famille avait alors porté plainte contre X et une enquête préliminaire menée par la police de Brest. Celle-ci a permis de remonter jusqu’à une adresse IP, a priori celle d’un ordinateur situé dans un cybercafé à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Cependant, le parquet de Brest a fait savoir qu’il serait difficile de retrouver le ou les auteurs de ce chantage. « Déjà en Europe, c’est compliqué, alors en Afrique... »
Le ministère public a toutefois décidé de passer à l'étape suivante. Un juge d’instruction devrait être saisi du dossier, en vue de mettre éventuellement en examen certaines personnes. La tentative d’extorsion peut être punie de sept ans de prison et de 100 000 euros d’amende, voire de vingt ans de prison et de 150 000 euros d’amende lorsque ses auteurs agissent en bande organisée.
Source : Ouest France
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Megaupload : le mandat de perquisition chez Kim Dotcom, finalement jugé légal
L'usage personnel et intensif de l'Internet au travail reste une faute
Un des co-fondateurs de The Pirate Bay voit son emprisonnement prolongé
Affaire Dieudonné, Fleur Pellerin rappelle que le racisme en ligne est condamnable
La géolocalisation de mobile par la police sera encadrée par la loi en 2014
Guerre des brevets : Apple l’emporte face à Samsung en Corée du Sud
Le contrôleur imposé à Apple dans l’affaire des ebooks lui coûte trop cher
Le PDG d'Orange va demander l'annulation de sa mise en examen
Données privées: Google "pactise" avec 38 Etats américains en payant une amende
La géolocalisation de suspects par la police doit être encadrée par un juge
Facebook : 20 millions de dollars à payer pour usage litigieux de données privées
Quatre opérateurs mobiles attaquent Orange et SFR en justice
Tweets antisémites : Twitter a livré des données à la justice française
Ebooks, Apple a été reconnu coupable d’entente illicite sur les prix
Apple défendait cette semaine Siri contre une plainte pour violation de brevet
Lutte antipirate : l’industrie du cinéma attaque les géants du Net en justice
Données Megaupload effacées : Kim Dotcom prépare une action en justice
Tweets antisémites et racistes : Twitter perd en appel
Affaire Tapie : Stéphane Richard présenté à un juge d'instruction