En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Données personnelles : comment les utilisateurs de Facebook se font avoir

Selon une étude scientifique, les membres du réseau social cherchent de plus en plus à protéger leurs données personnelles face aux inconnus. Mais ils n’y arrivent pas vraiment, en raison de conditions d’utilisation changeantes et d’un manque de sensibilisation.

laisser un avis
Les utilisateurs de Facebook ont-ils une bonne maîtrise de leurs données personnelles ? La réponse est clairement « non ». Pour la première fois, des chercheurs de l’université américaine Carnegie Mellon ont réalisé une étude sur plusieurs années (2005-2011) pour analyser le comportement des membres de ce réseau social au niveau de la confidentialité de leurs données. L'étude s'est basée sur les données des profils Facebook d'un panel de 5.076 utilisateurs. Les résultats sont assez surprenants, voire contradictoires.
D’un côté, les utilisateurs ont tendance à verrouiller de plus en plus leurs données personnelles, pour éviter qu’elles soient accessibles aux étrangers dans le réseau. Une prise de conscience, voire une méfiance, semble donc s’opérer dans le temps.
La divulgation publique de données personnelles
On note, néanmoins, une légère inversion de cette tendance à partir de 2009, mais sur certaines types de données seulement (éducation, lieu de naissance, musique,…). D’après les chercheurs, cette hausse de données divulguées  n’est pas volontaire, mais résulte des changements introduits en 2009 et 2010 sur l'interface du réseau et ses réglages de confidentialité: les utilisateurs se sont mis à partager davantage d'informations, parfois sans le savoir.

Des changements souvent déconcertants

En particulier, certaines données personnelles ont été automatiquement reliées aux « pages Facebook » correspondantes. Un utilisateur qui habite Paris s’est ainsi retrouvé connecté à la page Paris, sans rien avoir demandé. Or, les connexions aux pages Facebook étaient, par défaut, publiques. Résultat : des données personnelles que l’on pensait protégées se sont retrouvées sur la place publique de Facebook. « Alors que les gens essayent d'avoir le contrôle de leurs informations personnelles, le réseau ne cesse de changer, affectant leurs décisions », a commenté l'un des chercheurs, Alessandro Acquisti.
L’autre grande tendance est que les utilisateurs – alors qu’ils essayent de se protéger de plus en plus vis-à-vis des personnes inconnues - divulguent de plus en plus de données personnelles au sein de leur réseau d’amis (et amis d’amis). En 2011, Facebook avait indiqué que la quantité de données qu’un utilisateur partageait avec ses amis doublait chaque année. Plusieurs raisons peuvent expliquer cela, comme la multiplication des champs de données, le « tagging » par les amis, les publications automatiques par des applications (Spotify, TripAdvisor) ou, tout simplement, la conviction d’être bien protégé. En effet, l'augmentation médiatisée des options offertes aux utilisateurs pour régler leurs critères de confidentialité « peut encourager le sentiment de contrôle », souligne l’étude.

Les applications tierces vous espionnent

Mais en réalité, ce sentiment est faux, car la divulgation massive de données au sein du réseau d’amis profite également aux applications tierces et aux publicitaires, à qui les utilisateurs donnent le droit de consulter leurs données personnelles alors que ce sont des « étrangers ». Les chercheurs les appellent des « auditeurs silencieux » (silent listeners), car les utilisateurs ne se rendent pas vraiment compte de leur présence au quotidien.
En somme, dans la gestion des données personnelles, il existe beaucoup de chausse-trappes et de faux-semblants que les utilisateurs n’ont pas vraiment les moyens d’éviter. Alors que dans la communauté Facebook, la volonté de se protéger existe bel et bien.
Ci-dessous, l’étude en question (en anglais) :

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Tout sur l'ultra HD : 01netTV vous répond (vidéo)
Phone Apps #60 : Facebook dégaine son appli anti-Snapchat (vidéo)
Pour un New Deal des données de santé
Le patron de PayPal passe chez Facebook
Nouveau rebondissement dans le feuilleton des données de connexion
Facebook lance son réseau publicitaire mobile
Les fournisseurs de cloud doivent livrer aux autorités US les données hébergées à l’étranger
Facebook assure protéger votre vie privée pour mieux gagner votre confiance
Cloud : Apple est le bon élève vert, Twitter et Amazon portent le bonnet d’âne
Pour John Carmack, Facebook a ce qu’il faut pour développer la réalité virtuelle
« IBM n’a pas fourni de données de ses clients à la NSA »
Un lien hypertexte n’est pas une atteinte au droit d’auteur
Drones Facebook contre ballons Google : la bataille de l'Internet du ciel (Vidéo)
Facebook rachèterait un fabricant de drones pré-orbitaux
WhatsApp racheté par Facebook : ce qu'il faut savoir
Les 5 raisons pour lesquelles WhatsApp vaut bien 19 milliards de dollars
Ironie du sort : en 2009, Facebook a refusé d’embaucher le cofondateur de WhatsApp
Mark Zuckerberg : « WhatsApp va dépasser la barre du milliard d'utilisateurs »
Phone Apps #39 : Paper, Flappy Birds, Swiftkey Note
Bosch prend enfin Internet au sérieux