En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Google Now, l’appli qui vous assiste en croisant vos données personnelles [MAJ]

Lancée il y a un an, Google Now reste à découvrir. Elle croise vos données personnelles pour vous faciliter le quotidien. Une idée utile qui fait débat en Europe.

laisser un avis

Mise à jour du 18 février à 14h18

Google tient à apporter deux précisions sur les informations publiées dans cet article.

La première repose sur Google Play et Google Wallet. Pour la société américaine, cette affaire n’en est pas une puisque les données sont communiquées non pas à de tiers mais à des développeurs comme le permet la loi et comme le précisent les conditions d’utilisation des services.

Ces données sont de plus nécessaires pour toutes transactions et sont également utilisées par Paypal qui transmet au vendeur des informations similaires comme le nom, l’e-mail et l’adresse postale. Par contre, il n’a jamais accès aux coordonnées bancaires de l’acheteur, comme le rappelle aussi Cnet dans un article sur l’information de Reuters.

Quant à la Cnil, Google nous affirme avoir envoyé toutes les réponses demandées en temps et en heure. Cependant, la commission confirme aujourd’hui dans un communiqué que « à l’expiration du délai de quatre mois accordé à Google pour se mettre en conformité et s'engager sur la mise en œuvre de ces recommandations, aucune réponse n’a été apportée par la société. »

La Cnil poursuit en précisant que les réponses fournies ne sont ni « précises », ni « opérationnelles » aux recommandations. Ce à quoi, le communiqué indique que les autorités européennes « sont déterminées à agir et à poursuivre leurs investigations. Elles proposent la mise en place d’un groupe de travail, piloté par la Cnil, pour coordonner leur action répressive, laquelle devrait intervenir avant l’été ».

agrandir la photo
Première publication le 18 février à 7h50
Environ neuf mois après sa présentation à Google IO, Google Now fait parler de lui. Cette application risque de devenir l’une des plus populaires de la Galaxy Google. Il s’agit d’un assistant personnel qui collecte, analyse et croise les données personnelles pour apporter des recommandations à son utilisateur.
L’appli s’appuie sur les informations recueillies dans Maps, Gmail, Search et fonctionne aussi avec la reconnaissance vocale. Uniquement disponible sur Android 4.1 (Jelly Bean), elle pourrait être aussi développée sur iOS comme nous l’a signalé Baris Gultekin, directeur de Google Now.
Pour Google, cette application permet à l’humain de se décharger de ces mille et une informations que nous devons intégrer chaque jour. Cela va du rappel en temps et en heure à un rendez-vous selon la distance à parcourir, la météo, le trafic routier de l’itinéraire à emprunter ou rappeler d'acheter des fleurs pour un anniversaire en vous indiquant où se trouve le fleuriste le plus proche.

« La bonne information au bon moment »

Pour Baris Gultekin, la contrainte des smartphones est que « nous devons aller chercher l’information en lançant une application » alors que la puissance des appareils peut nous donner une information de lui-même.
En effet, Google Now travaille en tâche de fond et envoie des messages lorsqu’il le faut. « La bonne information au bon moment », résume Baris Gultekin. D’ailleurs, cet appli prédictive pourrait être au cœur des Google Glasses, ces lunettes du futur que prépare la firme de Mountain View.
Mais, pour obtenir la bonne information au bon moment, il faudra accepter que vos données personnelles soient analysées stockées dans serveurs de Google. D’ailleurs, la première étape de l’élaboration de Google Now a été de modifier sa politique de confidentialité. Il s’agissait justement de permettre le croisement des données pour fournir à l’utilisateur des publicités plus pertinentes.
Lors de cette modification, Google, consciente que le sujet est sensible, s’était engagée à ne jamais communiquer ces données à des tiers. Les seules exceptions sont les ordonnances d’un tribunal.
Pourtant, il y a quelques jours, Reuters a mis en doute cette affirmation en révélant qu'un développeur australien de logiciels pour Android accusait « Google de communiquer à des tiers les informations personnelles des utilisateurs à chaque fois qu'un achat est effectué sur le magasin en ligne Google Play. »

Données personnelles : le bras de fer avec la Cnil

En Europe, c’est un dossier brûlant, tout autant que celui sur la fiscalité des entreprises du web. Se préparant à des attaques, Google a pris des précautions. Avant d’activer Google Now, des avertissements sur ses fonctions sont clairement expliqués comme la manière de la désactiver à tout moment.
Cette méthode est-elle suffisante pour la Cnil qui suit ce dossier de près pour le G29, le groupe de travail sur les données personnelles de la commission européenne ? Depuis de longs mois, Google et la Cnil mènent un bras de fer sur le sujet. La commission, qui travaille sur un projet de loi sur la protection de la vie privée, attend que la société américaine fournisse aux utilisateurs une information plus claire et un meilleur contrôle de la combinaison des données.
Google devait envoyer des réponses avant le 15 février. Selon la Cnil, elles ne lui sont pas encore parvenues. De son côté, la société estime avoir fourni les informations prouvant qu’elle a pris compte de ces demandes.  « Nous avons des échanges réguliers avec la Cnil, nous nous sommes expliqués sur les points qui avaient été soulevés », a répondu Google aux Echos vendredi dernier, 15 février.
En octobre, lors d’un point presse, Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), avertissait que l’affaire pourrait tourner au contentieux si Google ne répondait pas à ces demandes.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
La Cnil encadre le traçage des clients en magasin
Les fournisseurs de services cloud pas prêts pour le futur règlement européen
01 Replay : Oracle, fuite de données, qualité des réseaux 3G, revivez l'actualité de la semaine
Pour un New Deal des données de santé
Nouveau rebondissement dans le feuilleton des données de connexion
Les fournisseurs de cloud doivent livrer aux autorités US les données hébergées à l’étranger
InSeam : un boîtier permettant de bien utiliser les fonctions de son smartphone en voiture (Vidéo)
La Cnil pourra effectuer des contrôles en ligne
« IBM n’a pas fourni de données de ses clients à la NSA »
Un lien hypertexte n’est pas une atteinte au droit d’auteur
Cortana, le futur assistant de Windows Phone, se montre en vidéo
Microsoft : Cortana, le nouvel assistant personnel de Windows Phone, se précise
Carte bancaire et paiement en ligne : les nouvelles recommandations de la Cnil
Microsoft : Cortana, le concurrent de Siri, sera intégré à Windows Phone 8.1
La Cnil met en demeure un centre Leclerc pour son contrôle d'accès biométrique
Isabelle Falque-Pierrotin réélue à la tête de la Cnil
La Cnil n'a pas trouvé d’IP Tracking chez les e-commerçants
Droit d’accès aux données personnelles : 41 % des organismes jouent le jeu
Assistants vocaux : Siri contre Google now
Les e-commerçants français protègent mal nos données personnelles