En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Marchés informatiques truqués : prison ferme pour les accusés

Le tribunal a puni de deux ans de prison ferme les deux principaux accusés dans les marchés informatiques truqués au conseil général des Hauts-de-Seine.

laisser un avis
agrandir la photo
Conformément aux réquisitions du tribunal correctionnel de Nanterre, les deux principaux accusés ont été condamnés à quatre ans de prison dont deux avec sursis et deux ans de prison ferme dans l'affaire des marchés publics truqués liés à l'informatisation des collèges des Hauts-de-Seine (92).
Marc Bottolaccio, ex-responsable du service informatique du conseil général, et Daniel Zaoui, le gérant de sociétés bénéficiaires de ces marchés, sont accusés d'avoir participé au « saucissonnage » de procédures de marchés publics visant à équiper en ordinateurs les collèges des Hauts-de-Seine.
Ces manoeuvres avaient pour finalité de ne pas dépasser le seuil de 46 000 euros et éviter ainsi l'obligatoire mise en concurrence. En échange, le prestataire aurait procédé à des surfacturations dans le cadre d'un "pacte de corruption" en échange de voyages, des frais de restaurant et ou des dons d'espèces, au profit de l'ex-responsable informatique.
Les faits datent de 1995 à 2000, époque où Charles Pasqua présidait l'assemblée départementale. C'est une ex-employée du conseil général, partie civile dans le procès, qui avait dénoncé les faits après avoir découvert des fausses factures.
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Solar Impulse 2 vient de réussir le plus long vol autonome de l’histoire de l’aviation
2000 – 2015 : Les événements qui ont fait la high-tech
L'iPhone 6S aura droit à des composants plus fins et économes en énergie
Vidéo : partez en mer en restant connecté
Vidéo : le premier porno en réalité virtuelle plaira aux fans de déco d'intérieur...
GRAND JEU HIGH-TECH : qui a fait quoi, qui a dit quoi?
Vidéo : toutes les innovations pour se rafraîchir pendant l'été
Nintendo NX : la prochaine console du géant japonais pourrait être lancée en juillet 2016
iPhone 6S : de premières photos auraient fuité sur le Net
Vidéo : les technologies vous aident à faire face à la canicule
Google et Delphi réfutent que leurs voitures autonomes ont failli s’accrocher
Vidéo : découvrez le réfrigérateur à bières à reconnaissance vocale
Le PDG de BlackBerry confirme réfléchir à un smartphone sous Android
Vidéo : des technologies pour espionner les câbles de communication sous-marins
UberPop : les réseaux sociaux s’enflamment contre les taxis
Vidéo : comment se protéger des écoutes de la NSA ?
Le premier Google Street View vertical vous emmène le long du mont El Capitan
Vidéo : quelques applis pour bien préparer ses vacances
Google : Popcorn Time en tête des résultats de recherche sur le mot popcorn
Vidéo : quand le barbecue devient connecté