En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Marchés informatiques truqués : prison ferme pour les accusés

Le tribunal a puni de deux ans de prison ferme les deux principaux accusés dans les marchés informatiques truqués au conseil général des Hauts-de-Seine.

laisser un avis
agrandir la photo
Conformément aux réquisitions du tribunal correctionnel de Nanterre, les deux principaux accusés ont été condamnés à quatre ans de prison dont deux avec sursis et deux ans de prison ferme dans l'affaire des marchés publics truqués liés à l'informatisation des collèges des Hauts-de-Seine (92).
Marc Bottolaccio, ex-responsable du service informatique du conseil général, et Daniel Zaoui, le gérant de sociétés bénéficiaires de ces marchés, sont accusés d'avoir participé au « saucissonnage » de procédures de marchés publics visant à équiper en ordinateurs les collèges des Hauts-de-Seine.
Ces manoeuvres avaient pour finalité de ne pas dépasser le seuil de 46 000 euros et éviter ainsi l'obligatoire mise en concurrence. En échange, le prestataire aurait procédé à des surfacturations dans le cadre d'un "pacte de corruption" en échange de voyages, des frais de restaurant et ou des dons d'espèces, au profit de l'ex-responsable informatique.
Les faits datent de 1995 à 2000, époque où Charles Pasqua présidait l'assemblée départementale. C'est une ex-employée du conseil général, partie civile dans le procès, qui avait dénoncé les faits après avoir découvert des fausses factures.
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Demain, vous vous ferez e-recruter
Google ne veut pas appliquer le droit à l'oubli au niveau mondial
Marine Le Pen n’aime pas Windows 10 qui « espionne » les PC des Français…
La guerre vue par une fillette comme dans un jeu vidéo
La Maison Blanche ne pardonnera pas à Edward Snowden ses révélations...
Elon Musk et Steve Wozniak lancent un appel contre les robots tueurs
Amazon pourrait ouvrir des supermarchés d’un nouveau genre
Stephen Hawking va répondre aux questions des internautes sur Reddit
Les requins sont devenus des stars sur les réseaux sociaux
Universal demande à Google le retrait d’un lien pirate qui pointe vers son propre réseau
Sony se lance dans les drones pour observer la Terre
Découvrez vos héroïnes de jeux vidéo avec de vraies formes féminines
GoPro vendra vos films réalisés avec ses caméras
Apple : ce qu’il faut retenir de ses résultats financiers en huit points
Si Nintendo créait un smartphone, il pourrait ressembler à ça
Vidéo : un robot a « appris » à jouer au ping-pong
L'un des fondateurs du défunt site de streaming Grooveshark meurt à 28 ans
La Hadopi a franchi le cap des 5 millions d’avertissements pour piratage envoyés
Vidéo : découvrez la première livraison par drone autorisée aux Etats-Unis
Samsung Galaxy Note 5 et S6 Edge+, vont-ils ressembler à ça ?