En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

L'Irlande n'apprécie pas que Facebook croise les données [MAJ]

Le réseau social propose de modifier ses règles de confidentialité pour pouvoir croiser ses données avec celles de ses filiales et des annonceurs pour améliorer ses publicités. La Cnil irlandaise reste vigilante.

laisser un avis
Facebook
Facebook

Mise à jour du 27 novembre 2012

A la suite de la parution de notre article, un porte-parole de Facebook France a tenu à réagir :

« Pour être très clair, il ne s’agit pas de partager des informations avec des sociétés extérieures à Facebook. Le mot “affiliates” ne désigne que les entreprises qui font partie intégrante de notre structure juridique, c’est-à-dire Facebook Inc., Facebook Ireland, Facebook Payments et Instagram, voire d’autres entreprises que Facebook pourrait acquérir dans le futur.

En l’occurrence, et avec la croissance de l’entreprise, il s’agit de réaliser des économies d’échelle entre les différents services de Facebook et de bénéficier de plus d’efficacité dans l’infrastructure technique et dans le stockage des données. Ce sont des pratiques standards pour la plupart des entreprises dans le secteur IT, Télécom, ou des médias.

Pour Facebook, la confiance des utilisateurs est prioritaire. C’est pourquoi nous avons souhaité être transparent sur cette évolution auprès de nos utilisateurs. Concernant l’autorité irlandaise de protection des données (Irish DPC), qui est le régulateur de Facebook en Europe, nous continuerons, comme nous le faisons actuellement, à maintenir un dialogue permanent concernant l’évolution de notre service et de nos conditions générales d’utilisation. »

Première parution le 23 novembre 2012
Facebook a toujours eu des soucis avec la notion de vie privée. Le prochain changement des règles de confidentialité du réseau social, prévu pour la fin novembre 2012, le confirme. Facebook souhaite, à l’image de Google, procéder à des croisements et partages de données. Le réseau social entend ainsi croiser les données du site avec celles de son acquisition, Instagram. Voire avec des données collectées par des tiers et partenaires, dont les annonceurs.
L'entrée en bourse de Facebook l'oblige à rendre des comptes à ses actionnaires et donc à engranger toujours plus d'argent. Pour le réseau, il s'agit de mieux comprendre l'activité en ligne de ses membres. « Un publicitaire pourrait nous communiquer des informations vous concernant (comme la manière dont vous avez répondu à une publicité sur Facebook ou un autre site) dans le but de mesurer l’efficacité – et améliorer la qualité – des publicités », indique-t-il notamment dans la nouvelle politique de confidentialité, comme le relève The Register.

La Cnil irlandaise est inquiète

Ce futur changement inquiète la Data Protection Commissioner (DPC), l’autorité irlandaise chargée de la protection des données privées. Elle va d'ailleurs demandé de plus amples explications à la société de Mark Zuckerberg. « Si nous considérons que ces modifications nécessitent le consentement des utilisateurs européens, nous demanderons à Facebook d'en passer par là », a même précisé Gary Davis, un des responsables de l'autorité, à Bloomberg.
Cette modification des règles de confidentialité n'est pas la seule qui devrait avoir lieu. Facebook veut en effet supprimer la validation par vote de ses changements de politique. Cette procédure avait été instaurée en 2009, mais au vu des conditions mises en place par le site, elle était fort peu utilisée.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Facebook lance son réseau publicitaire mobile
C&A propose de « liker » ses vêtements dans un magazine
Sébastien Danet (ZenithOptimedia) : le big data, un défi pour la publicité
Cyril Zimmermann (HiMedia) : « Il faut s'adapter aux nouveaux usages liés à la vidéo et aux mobiles »
Tout sur l'ultra HD : 01netTV vous répond (vidéo)
Phone Apps #60 : Facebook dégaine son appli anti-Snapchat (vidéo)
Publicité : le marketing digital lutte contre le trop plein de prospectus
Vaste offensive de Twitter dans la publicité
Le patron de PayPal passe chez Facebook
Après son mariage avorté, Publicis rebondit dans le digital avec Facebook
Maurice Lévy : «Publicis ne cherchera pas de nouveau partenaire»
Criteo ne parvient pas à convaincre Wall Street
Twitter lance en France un outil publicitaire lié aux programmes TV
Facebook assure protéger votre vie privée pour mieux gagner votre confiance
Cloud : Apple est le bon élève vert, Twitter et Amazon portent le bonnet d’âne
Pour John Carmack, Facebook a ce qu’il faut pour développer la réalité virtuelle
Drones Facebook contre ballons Google : la bataille de l'Internet du ciel (Vidéo)
Facebook rachèterait un fabricant de drones pré-orbitaux
WhatsApp racheté par Facebook : ce qu'il faut savoir
Les 5 raisons pour lesquelles WhatsApp vaut bien 19 milliards de dollars