En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Kim Dotcom veut poser des câbles sous-marins

Le hacker souhaite relier la Nouvelle-Zélande aux Etats-Unis par fibre optique. Pour le bien des Néo-zélandais et, surtout, du sien. Car pour son projet Mega, il a besoin de beaucoup de bande passante.

laisser un avis
Avatar Twitter de Kim Dotcom
Mais où va-t-il s’arrêter ? Kim Dotcom vient à peine, la semaine dernière, de préciser la date de lancement de son nouveau service cloud Mega. Et voilà qu’il annonce sur Twitter un autre projet pharaonique : le déploiement d’un câble sous-marin transcontinental reliant la Nouvelle-Zélande aux Etats-Unis. Et ce n’est pas tout. Le hacker souhaite, au travers de cette future infrastructure, offrir à tous les Néo-Zélandais un accès haut débit gratuit à Internet. Rien que ça.
Concrètement, il s’agit pour Kim Dotcom de ressusciter l’ancien projet Pacific Fibre Cable, qui prévoyait de relier Sidney et Auckland à Los Angeles, soit environ 13 000 km de câble. Mais le projet a capoté par manque de financement. Il faut dire que le déploiement d’une telle infrastructure requiert, selon The New Zeland Herald, la coquette somme de 400 millions de dollars. Pas facile à rentabiliser pour un pays qui ne compte que 4,3 millions d’habitants...

Kim Dotcom envisage d’attaquer les Etats-Unis en justice

Mais Kim Dotcom est optimiste. Il pense pouvoir trouver les fonds nécessaires grâce, justement, à Mega, son service cloud. Les deux projets sont d’ailleurs intimement liés, comme le précise ComputerWorld. Pour faire tourner son service en ligne, le créateur de Megaupload veut créer un datacenter en Nouvelle-Zélande, un pays où « l’énergie est propre et pas chère ». Et pour relier ce datacenter à la Toile, il a besoin de ce câble sous-marin. Actuellement, l’île dispose déjà d’une connexion sous-marine (Southern Cross Cable), mais elle serait insuffisante pour ses besoins.
Sur le papier, ce projet semble très prometteur, mais il y a de nombreux obstacles. A commencer par les 400 millions de dollars. C’est une somme importante et il n’est pas sûr que Kim arrive à trouver des investisseurs. Son plan B serait d’attaquer les Etats-Unis en justice après la fermeture illégale de Megaupload, pour récupérer des dommages et intérêts. Mais cette procédure judiciaire semble bien longue et compliquée. Par ailleurs, un tel câble transcontinental nécessitera forcément l’accord des autorités américaines. Or, celles-ci sont loin de porter Kim Dotcom en odeur de sainteté.
Mais c’est sûr, Kim n’a pas dit son dernier mot.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
[Power! #13] Produits à tout prix
Zapping Techno 1/10 : retour sur Janvier 2013
Phone Apps #29 : Waze, Moovit, Mega, DarkLings, DrumPad24 et eDJing
Kim Dotcom précise son programme politique et mise sur le tout numérique
Mega revendique quatre millions d'utilisateurs
Télécoms: le très haut débit sur câble téléphonique aura sa norme en 2014
Kim Dotcom crée un fonds d’investissements pour défendre la vie privée en ligne
Pour Kim Dotcom, pendant le séisme PRISM, le buzz continue
Mega consomme plus de bande passante que toute la Nouvelle Zélande
Kim Dotcom, accueilli par la Nouvelle Zélande pour mieux être arrêté et extradé ?
Megabox, l’iTunes-killer de Kim Dotcom, sera lancé d’ici six mois
Les Etats-Unis bloquent le projet de câble transatlantique à très haute performance
Plus d'un foyer sur quatre reçoit la TV numérique par l'ADSL
Numericable teste ses nouveaux forfaits auprès de ses clients
Numericable lance son pseudo-triple play à 19,90 euros (MAJ)
HDMI 1.4 : on s’y perd !
Série noire pour les câbles sous-marins sud-asiatiques
Pétition contre la hausse des abonnements de Numericable
Numericable veut rattraper son retard sur la HD