En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

L'addiction à Facebook est-elle une maladie ?

Les réseaux sociaux sont entrés dans notre quotidien. Selon une étude française, 4,5 % des utilisateurs de Facebook présentent des signes inquiétants notamment parmi les jeunes et les femmes.

laisser un avis
Facebook devient-il aussi dangereux pour les relations sociales et humaines que l’alcool, les drogues ou les jeux d’argent ? Ce serait un comble pour un réseau dit « social ». Et pourtant oui. Une étude menée auprès de 517 utilisateurs réguliers de Facebook par un psychiatre de l’hôpital Esquirol à Limoges, le Dr Couderc, révèle que 4,5 % des personnes présentent tous les signes de l’addiction.
Dans cette étude, publiée en avant-première dans Le Figaro, les jeunes et les femmes sont surreprésentés. « En général, les femmes et les sujets jeunes sont plus fréquemment touchés par la phobie sociale, explique le Dr Couderc. Notre échantillon étant surreprésenté en sujets jeunes et de sexe féminin, il est cohérent que cette proportion de phobiques sociaux soit plus élevée que dans la population générale. »
Les signes d’addiction sont sans ambiguïté. Ces personnes sont anxieuses quand elles ne sont pas connectées et vivent mal les contraintes quotidiennes, comme le travail ou les études, qui retardent d’autant le moment où ils pourront retrouver leurs « amis ».
Elles arrivent néanmoins à se connecter 11 fois par jour pour une durée totale de plus trois heures. Les utilisateurs plus raisonnés se connectent en moyenne cinq fois par jour pour une durée totale de 57 minutes.

La difficulté de résister à une tentation accessible et gratuite

Plus inquiétant, le psychiatre qui a mené l’étude constate que la fréquence des troubles psychopathologiques est plus importante chez ces addicts à Facebook. Selon lui, 48 % sont dépressifs contre 9 % chez les autres utilisateurs.
Cette étude va dans le même sens que celle menée récemment par l’université de Chicago qui découvrait que chez certains sujets, les réseaux sociaux pouvaient provoquer une envie bien plus forte que la cigarette pour un fumeur ou même que l’envie de faire l’amour. Pour le professeur Wilhem Hofmann, qui a coordonné cette étude, « il est plus difficile de résister au désir pour les réseaux sociaux à cause de leur grande accessibilité et parce qu’elle est gratuite ».
Va-t-il falloir développer des thérapies de désintoxication spécifiques aux réseaux sociaux en général et à Facebook en particulier, les deux médecins n’en parlent pas encore.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Facebook assure protéger votre vie privée pour mieux gagner votre confiance
Cloud : Apple est le bon élève vert, Twitter et Amazon portent le bonnet d’âne
Pour John Carmack, Facebook a ce qu’il faut pour développer la réalité virtuelle
Drones Facebook contre ballons Google : la bataille de l'Internet du ciel (Vidéo)
Facebook rachèterait un fabricant de drones pré-orbitaux
WhatsApp racheté par Facebook : ce qu'il faut savoir
Les 5 raisons pour lesquelles WhatsApp vaut bien 19 milliards de dollars
Ironie du sort : en 2009, Facebook a refusé d’embaucher le cofondateur de WhatsApp
Mark Zuckerberg : « WhatsApp va dépasser la barre du milliard d'utilisateurs »
Phone Apps #39 : Paper, Flappy Birds, Swiftkey Note
Bosch prend enfin Internet au sérieux
Twitter, ou l’oiseau qui veut se faire aussi gros que Facebook ?
Les bastions informatiques, boulets ruineux de la modernisation de l’entreprise
Gap recrute sur Facebook
Facebook supervise toute sa consommation énergétique à partir d'un seul écran
Laurent Solly (Facebook) : « La force de frappe de Facebook au service de l’emploi »
Facebook propose de centraliser les offres d’emploi des PME
Technologies numériques : addiction ou libération ?
42 % des Français se disent dépendants de leur téléphone mobile
Un portail ouvre sur la Toile pour aider les joueurs compulsifs