Pas de seconde lecture pour la loi sur le droit d'auteur