Microsoft répond à ses accusateurs

L'éditeur refuse la scission et propose quelques mesures transitoires Le département de la Justice réfute les réponses de Microsoft

Votre opinion

Postez un commentaire