Le facteur humain défie le test de montée en charge

On n'a rien trouvé de mieux que des internautes virtuels pour tester la charge des connexions que peut supporter un site. Mais la simulation précise du comportement humain reste difficile.

Votre opinion

Postez un commentaire