La ' défense des libertés numériques ' rassemble peu