S'inspirant des méthodes russes, la Chine diffuse de fausses informations sur Twitter, Facebook et désormais YouTube, pour décrédibiliser le mouvement hongkongais pro-démocratie.