Des paraboles pour le triple play