Volontairement ou non, les entreprises technologiques chinoises comme Huawei ou Alibaba n'ont pas d'autres choix que de coopérer avec le pouvoir central. C'est ce que révèle une enquête fleuve de Foreign Policy.