En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Accusé de piratage de données, LinkedIn se défend sur son blog

LinkedIn a-t-il oui ou non espionner les comptes mails de ses abonnés pour envoyer des messages publicitaires ? Une action collective en justice a été ouverte aux États-Unis.

laisser un avis
Après l’espionnage par les services secrets, une nouvelle affaire met en lumière la surveillance commerciale des données personnelles. Et cette fois, c’est LinkedIn qui est au centre de la polémique.
Le réseau social est accusé d’épier les comptes mails de ses abonnés pour piocher dans leur contact et envoyer des informations commerciales ciblées sans autorisation préalable. Paul Perkins, Pennie Sempell, Ann Brandwein, et Erin Eggers ont monté une class action pour dénoncer ce qui est un abus si cette accusation est confirmée, d’autant qu’elle est particulièrement grave.
La réponse de LinkedIn a été plutôt rapide. Sur son blog, le réseau nie en bloc ces accusations qu’il qualifie de désinformation. « Nous n'accédons pas à votre compte sans votre permission. [...] Ces allégations sont sans fondement », assure Blake Lawit, porte-parole de LinkedIn.
Le responsable explique aussi que l’entreprise n’a « jamais envoyé de message ou d’invitation en votre nom » en précisant « sauf si vous nous avez donné la permission de le faire. »
S’agit-il d’un point qui, dans les conditions d’utilisations, mérite d’être précisé ou mieux mis en valeur ou d’une réelle volonté de s’introduire en douce chez les clients pour leur chiper des données ? Désormais, ce sera à la justice de trancher.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Il s’est évadé de prison à coup de phishing
Loi sur le renseignement : un dernier élan désespéré contre la surveillance de masse
Levée de boucliers générale contre la loi sur le renseignement
Espionner un ordinateur déconnecté grâce... à ses émanations de chaleur
Victime d'une intrusion, Twitch force ses utilisateurs à changer leur mot de passe
Android, victime d'une faille qui permet de remplacer une vraie appli par un malware
Il récolte 225 000 dollars en piratant Windows, Chrome et Safari en quelques minutes
Le Canada aussi dispose d’un véritable arsenal de cyberespionnage
Android : vous n’aurez plus besoin de sans cesse déverrouiller votre smartphone…
Apple ne veut plus d’antivirus sur l'App Store
La machine qui casse les codes PIN des iPhone
Loi sur le renseignement: les 5 points qui font froid dans le dos
L’appli mobile Facebook permettait de pirater toutes les photos d’un smartphone
Découvrez le texte définitif du «Patriot Act» à la française
Des milliers d’applis Android et iOS restent vulnérables à Freak, la faille HTTPS
Les pirates de Rex Mundi diffusent les données médicales de 15.000 Français
« Hacker » de Michael Mann : enfin un pirate informatique crédible au cinéma ?
Le principal hébergeur de malware dans le monde est... Amazon !
Effet Snowden : 70% des Américains n'ont rien changé à leurs habitudes
Yahoo va chiffrer vos mails grâce à une simple extension pour Chrome