En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

FERMER  x Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Accusé de piratage de données, LinkedIn se défend sur son blog

LinkedIn a-t-il oui ou non espionner les comptes mails de ses abonnés pour envoyer des messages publicitaires ? Une action collective en justice a été ouverte aux États-Unis.

laisser un avis
Après l’espionnage par les services secrets, une nouvelle affaire met en lumière la surveillance commerciale des données personnelles. Et cette fois, c’est LinkedIn qui est au centre de la polémique.
Le réseau social est accusé d’épier les comptes mails de ses abonnés pour piocher dans leur contact et envoyer des informations commerciales ciblées sans autorisation préalable. Paul Perkins, Pennie Sempell, Ann Brandwein, et Erin Eggers ont monté une class action pour dénoncer ce qui est un abus si cette accusation est confirmée, d’autant qu’elle est particulièrement grave.
La réponse de LinkedIn a été plutôt rapide. Sur son blog, le réseau nie en bloc ces accusations qu’il qualifie de désinformation. « Nous n'accédons pas à votre compte sans votre permission. [...] Ces allégations sont sans fondement », assure Blake Lawit, porte-parole de LinkedIn.
Le responsable explique aussi que l’entreprise n’a « jamais envoyé de message ou d’invitation en votre nom » en précisant « sauf si vous nous avez donné la permission de le faire. »
S’agit-il d’un point qui, dans les conditions d’utilisations, mérite d’être précisé ou mieux mis en valeur ou d’une réelle volonté de s’introduire en douce chez les clients pour leur chiper des données ? Désormais, ce sera à la justice de trancher.
envoyer
par mail
imprimer
l'article


Newsletter 01net. Actus

@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Comment Facebook Messenger permet de pister ses amis et ses contacts
Espionner les objets connectés, c’est facile grâce au Bluetooth LE
Alerte : attaque massive sur les routeurs domestiques
Android : de fausses applis Minecraft ont volé jusqu'à 2,8 millions d'utilisateurs
Les plans sexe de 4 millions de personnes, téléchargeables pour 15.300 euros
Astoria, le client Tor alternatif qui veut mater la surveillance de la NSA
Les fameuses questions de sécurité des comptes Web sont aussi sûres qu’une porte ouverte…
Effacer ses données personnelles sur Android, c’est mission impossible
Le hacker d’avion prétend avoir aussi piraté... la station spatiale internationale
La NSA a attaqué le Play Store de Google pour mieux vous espionner
Des millions de routeurs domestiques peuvent être attaqués à distance
Un hacker aurait pris le contrôle d’un avion en vol grâce à son système de divertissement
Loi Renseignement : le gouvernement s’embourbe dans ses explications au Sénat
Venom : la faille zero day qui pourrait mettre le cloud à genoux
USB Kill, ou comment une clé USB préservera les données de votre PC en cas de crise
NSA : VoiceRT, l'outil qui transcrivait un million de conversations par jour
Tombertik, le malware qui détruit votre ordinateur quand il est détecté
Les 5 points qui font froid dans le dos du projet de loi sur le renseignement
Une faille dans WordPress rend des millions de blogs vulnérables
Les pirates russes de la Maison Blanche ont également lu des emails d’Obama