En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

Accusé de piratage de données, LinkedIn se défend sur son blog

LinkedIn a-t-il oui ou non espionner les comptes mails de ses abonnés pour envoyer des messages publicitaires ? Une action collective en justice a été ouverte aux États-Unis.

laisser un avis
Après l’espionnage par les services secrets, une nouvelle affaire met en lumière la surveillance commerciale des données personnelles. Et cette fois, c’est LinkedIn qui est au centre de la polémique.
Le réseau social est accusé d’épier les comptes mails de ses abonnés pour piocher dans leur contact et envoyer des informations commerciales ciblées sans autorisation préalable. Paul Perkins, Pennie Sempell, Ann Brandwein, et Erin Eggers ont monté une class action pour dénoncer ce qui est un abus si cette accusation est confirmée, d’autant qu’elle est particulièrement grave.
La réponse de LinkedIn a été plutôt rapide. Sur son blog, le réseau nie en bloc ces accusations qu’il qualifie de désinformation. « Nous n'accédons pas à votre compte sans votre permission. [...] Ces allégations sont sans fondement », assure Blake Lawit, porte-parole de LinkedIn.
Le responsable explique aussi que l’entreprise n’a « jamais envoyé de message ou d’invitation en votre nom » en précisant « sauf si vous nous avez donné la permission de le faire. »
S’agit-il d’un point qui, dans les conditions d’utilisations, mérite d’être précisé ou mieux mis en valeur ou d’une réelle volonté de s’introduire en douce chez les clients pour leur chiper des données ? Désormais, ce sera à la justice de trancher.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Surveillance informatique : Edward Snowden interroge Vladimir Poutine à la télé
Arrestation du premier « Heartbleed hacker »
Pourquoi Edward Snowden a utilisé Tails Linux pour organiser sa fuite
Galaxy S5 : le lecteur d’empreintes hacké les doigts dans le nez
Etats-Unis : les smartphones seront munis d'un antivol dès juillet 2015
Il y aura 52 millions de photos dans la base de données du FBI d'ici à 2015
La Corée du Sud impose une fonction «d'autodestruction» sur les smartphones
Les premiers piratages basés sur Heartbleed se font jour
L’Internet des objets : un cauchemar ou une chance pour la sécurité ?
Le site marchand de LaCie victime d’un pirate informatique
La France 6e position des pays ayant demandé des données privées à Facebook
Le fisc américain va payer Microsoft pour une extension du support de XP
Ils ont trouvé une faille dans les machines à sous et récolté 10 millions d’euros
La NSA aurait exploité Heartbleed depuis deux ans, ce qu’elle dément
La justice française veut entendre Qosmos sur la surveillance informatique en Syrie
Tout savoir sur l’énorme faille Heartbleed, en 7 questions
Google renforce la sécurité d'Android
Robin Seggelmann, l'homme par qui l'énorme faille Heartbleed est arrivée
Un second bug de Chrome permet d’écouter les conversations de ses utilisateurs
Il crée une appli Android inutile et gagne plus de 40.000 dollars