En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Accusé de piratage de données, LinkedIn se défend sur son blog

LinkedIn a-t-il oui ou non espionner les comptes mails de ses abonnés pour envoyer des messages publicitaires ? Une action collective en justice a été ouverte aux États-Unis.

laisser un avis
Après l’espionnage par les services secrets, une nouvelle affaire met en lumière la surveillance commerciale des données personnelles. Et cette fois, c’est LinkedIn qui est au centre de la polémique.
Le réseau social est accusé d’épier les comptes mails de ses abonnés pour piocher dans leur contact et envoyer des informations commerciales ciblées sans autorisation préalable. Paul Perkins, Pennie Sempell, Ann Brandwein, et Erin Eggers ont monté une class action pour dénoncer ce qui est un abus si cette accusation est confirmée, d’autant qu’elle est particulièrement grave.
La réponse de LinkedIn a été plutôt rapide. Sur son blog, le réseau nie en bloc ces accusations qu’il qualifie de désinformation. « Nous n'accédons pas à votre compte sans votre permission. [...] Ces allégations sont sans fondement », assure Blake Lawit, porte-parole de LinkedIn.
Le responsable explique aussi que l’entreprise n’a « jamais envoyé de message ou d’invitation en votre nom » en précisant « sauf si vous nous avez donné la permission de le faire. »
S’agit-il d’un point qui, dans les conditions d’utilisations, mérite d’être précisé ou mieux mis en valeur ou d’une réelle volonté de s’introduire en douce chez les clients pour leur chiper des données ? Désormais, ce sera à la justice de trancher.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Contre les terroristes, les espions canadiens surveillent tout ce que vous téléchargez
Ghost, la faille critique qui permet de prendre le contrôle des systèmes Linux
Une faille permet de pirater les drones Parrot à distance
Lizard Squad pirate Malaysia Airlines et fait preuve d'un humour douteux
Comment la NSA dénature le DNS pour espionner particuliers et entreprises
Vidéo : une enfant hacke un hotspot Wifi en 11 minutes
Découvrez la salle informatique mobile de l’Armée de terre
Google révèle trois failles zero-day critiques dans Mac OS X
Une arnaque aux faux virements crée 214 millions de dollars de pertes
Kim Dotcom lance MegaChat, la messagerie instantanée chiffrée qui veut détrôner Skype
Un hack de Siri pourrait aboutir au vol des données stockées sur votre iPhone
Manuel Valls veut renforcer les « cyberpatrouilles »
L’Armée électronique syrienne a piraté le compte Twitter du journal Le Monde [MAJ]
Cybercriminalité: Cazeneuve veut «responsabiliser» les acteurs du Net
Selon l’ANSSI, les hackers djihadistes sont « de faible niveau »
Et les plus mauvais mots de passe de l’année sont…
Cyberattaques pro et anti Charlie Hebdo : premier bilan et inquiétudes
Plus de 1.300 attaques revendiquées par des cyberdjihadistes
Outlook victime de piratage en Chine, sans doute d’origine gouvernementale
La NSA avait détecté le hack de Sony mais ne l'avait pas pris au sérieux