En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Accusé de piratage de données, LinkedIn se défend sur son blog

LinkedIn a-t-il oui ou non espionner les comptes mails de ses abonnés pour envoyer des messages publicitaires ? Une action collective en justice a été ouverte aux États-Unis.

laisser un avis
Après l’espionnage par les services secrets, une nouvelle affaire met en lumière la surveillance commerciale des données personnelles. Et cette fois, c’est LinkedIn qui est au centre de la polémique.
Le réseau social est accusé d’épier les comptes mails de ses abonnés pour piocher dans leur contact et envoyer des informations commerciales ciblées sans autorisation préalable. Paul Perkins, Pennie Sempell, Ann Brandwein, et Erin Eggers ont monté une class action pour dénoncer ce qui est un abus si cette accusation est confirmée, d’autant qu’elle est particulièrement grave.
La réponse de LinkedIn a été plutôt rapide. Sur son blog, le réseau nie en bloc ces accusations qu’il qualifie de désinformation. « Nous n'accédons pas à votre compte sans votre permission. [...] Ces allégations sont sans fondement », assure Blake Lawit, porte-parole de LinkedIn.
Le responsable explique aussi que l’entreprise n’a « jamais envoyé de message ou d’invitation en votre nom » en précisant « sauf si vous nous avez donné la permission de le faire. »
S’agit-il d’un point qui, dans les conditions d’utilisations, mérite d’être précisé ou mieux mis en valeur ou d’une réelle volonté de s’introduire en douce chez les clients pour leur chiper des données ? Désormais, ce sera à la justice de trancher.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Deux ivoiriens arrêtés après avoir volé 2,4 millions d'euros à une entreprise française
5 arnaques au numéro surtaxé pas si faciles à déjouer
MonsterMind, l’outil secret de la NSA qui protège les USA contre les cyberattaques
Visitez la Mecque des hackers : Defcon 22 et Black Hat USA en 48 images
Defcon 22: comment hacker les feux de circulation routière
Defcon 22: Dark Mail, l’email qui veut briser la surveillance de masse
Les smartphones Android, armes ultimes pour exploiter la vulnérabilité de l'USB
Yahoo! utilisera PGP pour crypter les e-mails de bout en bout
Black Hat 2014 : failles à gogo dans les terminaux de communication par satellite
Bouygues corrige une sérieuse fuite de données dans certaines de ses Bbox
Facebook rachète une start-up pour mieux se protéger des pirates
Black Hat 2014: peut-on encore sauver le cyberespace de ses innombrables failles?
Black Hat 2014 : un pirate peut-il prendre le contrôle à distance d’une voiture?
Black Hat 2014 : les inquiétantes failles aux contrôles de sécurité des aéroports
Comment un gang de pirates a-t-il pu voler plus d’un milliard de mots de passe ?
Edward Snowden a fait des émules : il y a bien une seconde taupe à la NSA
Les objets connectés sont des passoires en matière de sécurité
Les NAS Synology visés par un ransomware qui crypte toutes les données
Mozilla publie par erreur 76000 courriels et 4000 mots de passe de développeurs
Black Hat 2014 : peut-on hacker un avion ?