En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Accusé de piratage de données, LinkedIn se défend sur son blog

LinkedIn a-t-il oui ou non espionner les comptes mails de ses abonnés pour envoyer des messages publicitaires ? Une action collective en justice a été ouverte aux États-Unis.

laisser un avis
Après l’espionnage par les services secrets, une nouvelle affaire met en lumière la surveillance commerciale des données personnelles. Et cette fois, c’est LinkedIn qui est au centre de la polémique.
Le réseau social est accusé d’épier les comptes mails de ses abonnés pour piocher dans leur contact et envoyer des informations commerciales ciblées sans autorisation préalable. Paul Perkins, Pennie Sempell, Ann Brandwein, et Erin Eggers ont monté une class action pour dénoncer ce qui est un abus si cette accusation est confirmée, d’autant qu’elle est particulièrement grave.
La réponse de LinkedIn a été plutôt rapide. Sur son blog, le réseau nie en bloc ces accusations qu’il qualifie de désinformation. « Nous n'accédons pas à votre compte sans votre permission. [...] Ces allégations sont sans fondement », assure Blake Lawit, porte-parole de LinkedIn.
Le responsable explique aussi que l’entreprise n’a « jamais envoyé de message ou d’invitation en votre nom » en précisant « sauf si vous nous avez donné la permission de le faire. »
S’agit-il d’un point qui, dans les conditions d’utilisations, mérite d’être précisé ou mieux mis en valeur ou d’une réelle volonté de s’introduire en douce chez les clients pour leur chiper des données ? Désormais, ce sera à la justice de trancher.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Etude : 80% des objets connectés mettent en danger votre vie privée
Une faille permettait de prendre le contrôle de 99% des smartphones Android
L’Europe prépare une force d’action contre le cybercrime
La Russie veut-elle la peau de Tor ?
A quoi servent les étranges portes dérobées découvertes dans les iPhone ?
La Tesla Model S hackée lors d’un concours de sécurité
Des milliers de LiveBox Orange piratées par un détournement de DNS
Amazon au service de la CIA et de la NSA
Cartes bancaires : 20 fois plus de fraudes sur Internet qu’en magasin
L’édifiant arsenal des espions britanniques pour manipuler les contenus sur le Web
Projet Zero : Google ouvre la chasse aux failles zero day avec une unité d’élite
CNET.com hacké pour sensibiliser le web aux questions de sécurité ?
Smartphone d’occasion : vous vendez vos données personnelles sans le savoir
Silent Circle lance des forfaits de voix sur IP chiffrée
La base de données des fonctionnaires américains, piratée depuis la Chine
Des données personnelles de membres du site l'Equipe.fr dans la nature
La NSA a espionné d'éminents musulmans américains
Invisible.im, la messagerie instantanée qui ne veut laisser aucune trace
Vols vers les Etats-Unis : quels risques posent réellement les terminaux mobiles?
La NSA récolte avant tout des données de vie privée de gens ordinaires