En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

A Londres, les poubelles-espions font scandale

Capables de collecter les données des passants sur leurs smartphones, des poubelles « intelligentes » suscitent un vif débat. Les autorités calment le jeu et exigent au fabricant de désactiver cette fonction.

laisser un avis
Les poubelles connectées de Londres espionnent les passants.
© Renew
Les poubelles connectées de Londres espionnent les passants.
Les journalistes et les espions savent depuis longtemps que les meilleures informations se trouvent dans les poubelles. Mais à Londres, cette vérité a trouvé un sens nouveau. Des poubelles « intelligentes » ont été installées dans la capitale britannique, capables de recueillir des données de passants à partir de leurs smartphones. Ce qui provoque un scandale outre-Manche. Les autorités ont exigé lundi que cette technologie soit désactivée. La collecte de ces informations « doit cesser immédiatement » jusqu'à ce qu'il y ait un débat public sur le sujet, ont insisté les autorités de la City, quartier financier de Londres. « Nous avons aussi saisi » l'autorité britannique de protection de défense des libertés, ont-elles ajouté.
Les poubelles, conçues pour résister à l'explosion d'une bombe, sont équipées d'un système wifi et d'écrans digitaux affichant des publicités ainsi que des informations financières et locales en temps réel, comme les perturbations dans le métro. Cet été, elles ont aussi été testées pour collecter les données des smartphones de passants. En l'espace d'une semaine en juin, elles ont enregistré plus d'un demi-million de téléphones.
Selon son fabricant, la société Renew, ces poubelles « fournissent une vision sans précédent (...) - les points d'entrée et de sortie, le temps passé dans un endroit, les centres d'intérêt » des utilisateurs de smartphones. Cette technologie pourrait, selon Renew, permettre de cibler des campagnes publicitaires en fonction par exemple du temps passé dans les commerces. Le client de tel café pourrait par exemple se voir proposer des publicités d'autres chaînes de boissons chaudes.

Pas de collecte de données personnelles, selon le fabricant

Devant le tollé provoqué par ce dispositif, le patron de Renew, Kaveh Memari, s'est défendu en expliquant que la technologie avait seulement été à l'essai en juin et qu'elle ne permettait que de comptabiliser le nombre de passants, sans obtenir leurs données personnelles. Elle est comparable à la technologie utilisée par les sites internet qui comptent le nombre de visiteurs uniques, sans connaître leur identité, a-t-il expliqué. « Nous ne pouvons pas vraiment suivre les gens, nous ne voyons pas les gens, tout ce que nous voyons est un dispositif », a-t-il déclaré à l'AFP. « Peu importe ce que peut faire la technologie, a rétorqué un porte-parole de la City of London. Tout ce qui se passe dans les rues doit être fait avec précaution et avec le soutien d'un public informé. »
Kaveh Memari a insisté sur le fait que l'utilisation éventuelle des informations collectées par ces poubelles devrait se faire en accord avec des groupes de protection des données. « Les développements futurs (de ce dispositif) ne dépendront pas seulement de la technologie, mais surtout de la façon dont les gens réagissent vis-à-vis de cette technologie interactive », a-t-il affirmé. Renew, qui a installé ces poubelles très sophistiquées dans la capitale britannique pendant les jeux Olympiques de Londres en 2012, compte vendre ce produit dans d'autres villes comme New York, Dubaï et Rio.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
NSA : la surveillance téléphonique doit être « amendée » pas « supprimée »
Le Canada a collaboré avec la NSA pour espionner d’autres pays
Medef, la loi de programmation militaire peut nuire à l’attractivité de la France
NSA : plus d’un million de données fournies par les opérateurs en 2012
Les géants du Web s’allient pour demander une réforme de la NSA
France : la protection des données menacées par la loi de programmation militaire
La CNIL craint un Prism français et exige des précisions
La NSA collecte des centaines de millions de contacts numériques dans le monde
PRISM : Plus de transparence nuirait « gravement à la sécurité nationale »
Les élus américains projettent de limiter mais préserver les programmes de la NSA
Olfeo permet aux entreprises de surveiller les communications chiffrées de leurs salariés
Sept opérateurs télécoms livrent leurs réseaux aux services secrets britanniques
Berlin veut sanctionner les entreprises américaines qui collaborent avec la NSA
PRISM : Les Etats-Unis ont espionné les appels et mails des Brésiliens
Synology : Tout voir dans son entreprise
Yahoo! et Facebook, en tête du « hitparade » de la cybersurveillance
A son tour, Yahoo! révèle le nombre de demandes gouvernementales
NUCLEON, petit frère de PRISM, surveille et écoute vos appels téléphoniques
01net evening : toute l'actu tech du 23 juillet