En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

La France a été la cible d’une cybersurveillance massive par la NSA

Les agents américains récoltent des millions de données de connexion téléphonique par jour sur les citoyens français. Des ambassades et missions diplomatiques françaises et européennes ont également été espionnées.

laisser un avis
Le France, cible de la NSA
Le France, cible de la NSA
On s’en doutait un peu, mais c’est désormais confirmé : la France a été, à son tour, la cible de la stratégie mondiale de surveillance téléphonique et informatique des agents de la NSA (National Security Agency). Une surveillance qui, apprend-on dans des documents révélés par le fugitif Edward Snowden, ne se limite pas seulement à la lutte contre le terrorisme, mais se met également au service d’un espionnage purement politique.
Ainsi, selon le quotidien britannique The Guardian, la France figure dans une liste de 38 ambassades et missions diplomatiques qui étaient la cible d’une surveillance électronique de la part du redoutable service secret américain. La liste en question date de 2010. La surveillance qu’elle révèle s’appuyait à la fois sur des méthodes classiques (micros dans les locaux) et sur des interceptions informatiques. Les agents de la NSA font aussi preuve d’une certaine imagination : l’opération de surveillance de la représentation française à l’ONU a été baptisée « Blackfoot » et celle visant l’ambassade de France à Washington « Wabash ». Le premier terme désigne une tribu indienne, le second une rivière dans l’état de l’Ohio.

Des pics de 7 millions de données le 24 décembre et le 7 janvier

En parallèle de cette surveillance ultraciblée, la NSA ne s’interdisait pas de réaliser des opérations de surveillance de masse sur le territoire français. Selon le magazine allemand Der Spiegel, le service secret américain a intercepté, en décembre 2012 et début janvier 2013, chaque jour en moyenne deux millions de données de connexion relatives à des communications téléphoniques. Certains jours, le zèle des agents secrets est même monté jusqu’à 7 millions de données de connexion interceptées. Ce fut le cas pour le 24 décembre 2012 et le 7 janvier 2013. Ces écoutes se sont fait dans le cadre d’un programme baptisé « Boundless Informant ».
Mais les Français peuvent se réjouir un peu: ils ne figurent pas parmi les citoyens européens les plus surveillés. En Allemagne, la NSA a capté, sur la même période, entre 10 et 20 millions de données de connexion téléphonique par jour, avec un pic de 49 millions le 7 janvier, qui était visiblement une journée particulièrement active. L’agence a, par ailleurs, récolté entre 5 et 15 millions de données de connexion Internet par jour. L’Allemagne est, selon le Spiegel, le pays le plus surveillé en Europe par les Américains.

Des micros pour écouter l'Europe

Les institutions européennes ont également été dans la ligne de mire de la NSA. Selon un document datant de 2010 et révélé par le Spiegel, des micros ont été posés dans des missions diplomatiques de l’Union européenne à Washington et à New York. Leurs réseaux informatiques auraient également été piratés, pour lire les courriers électroniques et les documents internes. Les réactions politiques ne se sont pas fait attendre. L'Union européenne a indiqué dimanche qu'elle avait interrogé les autorités américaines sur les allégations d'espionnage des institutions européennes, et qu'elle attendait leur réponse. « Nous sommes au courant des informations de presse. Nous avons immédiatement pris contact avec les autorités américaines à Washington et à Bruxelles et les avons mis face aux informations de presse », a indiqué la Commission européenne dans un communiqué. « Elles nous ont dit qu'elles vérifiaient l'exactitude des informations publiées hier et qu'elles reviendraient vers nous », a ajouté la Commission, précisant qu'elle ne ferait « pas plus de commentaires à ce stade ».
Dès samedi, le président du Parlement européen, Martin Schulz, s'était dit « profondément inquiet et choqué par les allégations d'espionnage des autorités américaines dans les bureaux de l'UE ». « Si ces allégations sont avérées, ce serait un problème extrêmement grave qui nuirait considérablement aux relations entre l'UE et les Etats-Unis », avait-il ajouté en réclamant « une pleine clarification et des informations complémentaires rapides » de la part des autorités américaines.

Laurent Fabius demande des explications...

Le gouvernement français a embrayé le pas. « La France a demandé aujourd'hui des explications aux autorités américaines au sujet des informations dévoilées par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel selon lesquelles La National Security Agency (NSA) aurait espionné les institutions de l'Union européenne », a indiqué M. Fabius dans un communiqué. « Ces faits, s'ils étaient confirmés, seraient tout à fait inacceptables », a-t-il ajouté. « Nous attendons des autorités américaines qu'elles lèvent dans les plus brefs délais les inquiétudes légitimes suscitées par les révélations de la presse », poursuit le ministre.
Cette demande de Paris a été transmise par l'ambassade de France à Washington à la Maison-Blanche et au Département d'Etat, a-t-on précisé de source diplomatique française. La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a pour sa part estimé sur la chaîne de télévision BFMTV que les allégations d'espionnage des institutions européennes par Washington seraient « un acte d'hostilité inqualifiable » si elles étaient avérées.

...alors que Fleur Pellerin relativise

De son côté, la ministre française de l'Economie numérique Fleur Pellerin a relativisé l'importance de l'affaire d'espionnage par la NSA de « cibles » institutionnelles, dont ferait partie l'Union européenne, estimant néanmoins « très choquante » la surveillance de millions de particuliers dans le monde. « Il faut distinguer deux choses: il y a l'affaire d'espionnage de l'Union européenne et des postes diplomatiques et ça, ce n'est pas vraiment la première fois que ça arrive dans l'Histoire », a commenté Mme Pellerin lundi sur BFMTV, évoquant « ce même type d'événement pendant la guerre en Irak ». « Même si ce n'est pas vraiment un acte amical de la part d'une puissance amie, ce n'est pas une nouveauté », a-t-elle fait valoir.
Il faut souligner que les réactions politiques en France se limitent à la surveillance des institutions européennes. Aucun politique français n’a abordé, pour l’instant, la surveillance américaine effectuée sur les ambassades et la population françaises.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Que devient le thème de la « cybermenace chinoise » ?
Cybersurveillance: en 2012, 6000 interceptions de sécurité effectuées
Loi de programmation militaire: Jacques Attali juge "ahurissant" l'article 20
Loi de programmation militaire: la Cnil déplore l'accès possible aux contenus
Surveillance du Net: la loi de programmation militaire publiée au J.O.
Loi de programmation militaire : la protestation s'amplifie sur le Net
Surveillance du Net: les associations s'organisent après l'adoption de la LPM
Loi LPM: le Parlement entérine la surveillance renforcée de l'Internet
De l’impact de pratiques de cyber-surveillance sur les relations internationales
Surveillance du Net : en quoi la loi de programmation militaire pose problème
Le CNNum juge "inopportun" l'article 13 de la loi de programmation militaire
La filière numérique s'insurge contre la loi de programmation militaire
Renaissance Numérique : haro sur la loi de programmation militaire
L’Union européenne continue de simuler la cyberguerre
Simple mais efficace : les cyberespions siphonnent les réseaux par... Gmail
Un spyware chinois sur les smartphones Sony Xperia ?
Samsung Galaxy : ce que l’on risque avec la faille de verrouillage
Le réseau de la Maison Blanche, infiltré par des hackers russes
Comment les hackers du gouvernement Poutine espionnent l’Europe
Le FBI aurait identifié un émule d'Edward Snowden travaillant pour la NSA