En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Antidumping : Huawei et ZTE en ligne de mire de la commission européenne

L’Union européenne est prête à ouvrir une enquête antidumping visant les équipements chinois de télécoms si aucune solution amiable ne sera trouvée avec les autorités chinoises.

laisser un avis
L'Union européenne montre ses muscles. Ce mercredi, 15 mai, le commissaire au Commerce, Karel De Gucht a annoncé dans un communiqué une « décision de principe » pour ouvrir une enquête antidumping et antisubventions visant les équipements de télécommunications chinois. La décision de principe signifie que l'enquête formelle n'est pas ouverte pour l'instant, « afin de permettre des négociations en vue d'une solution amiable avec les autorités chinoises », a expliqué M. De Gucht. Et la perspective d’une enquête antidumping aura certainement du poids dans ces futures discussions.

La Commission s’est autosaisie

La Commission européenne ne précise pas quelles sont les entreprises visées, mais les deux principales compagnies chinoises opérant sur ce marché, qui concerne les réseaux mobiles et non les appareils comme les téléphones portables ou les tablettes, sont Huawei et ZTE. La Commission a décidé d'ouvrir cette enquête « ex officio », c'est-à-dire de sa propre initiative, et non à la suite de plaintes d'entreprises européennes s'estimant lésées, comme c'est généralement le cas. Elle explique qu'il s'agit d'une possibilité « particulièrement importante car elle offre un bouclier quand le risque de rétorsion contre les entreprises européennes est élevé ».
Karel de Gucht a par ailleurs rappelé que « les exportations vers le marché européen d'équipements chinois pour les réseaux de télécommunications représentent un peu plus d'un milliard d'euros par an environ ».
Lire aussi :
Europe : le commissaire au commerce contre Huawei et ZTE, le 17/04/2013
Source :
Le communiqué de la Commission européenne
 
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Mobile : Huawei dément tout projet de rachat de Nokia (MAJ)
Mobile : Huawei se dit "ouvert" à une possibilité de rachat de Nokia
Selon Huawei, tous les gouvernements pratiquent le cyberespionnage
Alten récompensé par Huawei
Télécoms: le PDG de Huawei juge les Etats-Unis jaloux de son succès
Huawei vante la 4G devant un parterre de politiques français
Europe : le commissaire au commerce contre Huawei et ZTE
Jean-Marie Bockel s’adressera fin mai aux professionnels de la sécurité informatique
Frank Cadoret (SFR) : « Il reste toujours un opérateur télécoms de trop »
Une nouvelle box SFR avec la domotique intégrée pour le mois de juin
SFR : pas de retour de la croissance avant 2016
L'offre fibre de SFR concurrence Numericable dans d'autres villes
Rachat de SFR: l'Autorité de la concurrence mènera une enquête approfondie
Virgin Mobile met de la 4G dans ses forfaits
Mobile : seulement un Français sur cinq a l'intention de s'abonner à la 4G
Orange se lance dans la guerre des prix des smartphones 4G
Free lance une borne de distribution automatique de carte SIM
Numericable espère conclure le rachat de SFR au 4e trimestre 2014
Les opérateurs ont continué de voir leurs revenus baisser en 2013