En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Les cyberattaques sur la République tchèque s'intensifient

Après les sites d’information et les banques, c’est au tour des opérateurs de téléphonie d’être victimes d’attaques par déni de service distribué (DDoS). L’origine des attaques serait la Russie.

laisser un avis
Lundi la presse, mercredi les banques et ce jeudi, 7 mars, les opérateurs. Le matraquage des plus importants sites web de la République tchèque continue, et cela de manière systématique. Ainsi, le site web de la branche tchèque de T-Mobile était « massivement surchargé » de requêtes jeudi matin, a indiqué la porte-parole de cet opérateur, Martina Kemrova. « Les services liés au site web ne sont pas accessibles non plus. Nos techniciens analysent la situation », a-t-elle dit. Depuis, le problème a été résolu. « Nous avons réussi à rendre accessible notre site web au bout d'une heure », a de son côté assuré le porte-parole de Telefonica Czech Republic, Hany Farghali. Selon lui, les attaques venaient d'adresses IP en Russie.

Une vague de cyberattaques sans précédant

Lundi, des pirates informatiques avaient déjà perpétré contre les principaux sites d'information tchèques une attaque similaire de type DDoS (« Déni de service distribué »), qui consiste à inonder de requêtes un serveur pour l'empêcher momentanément de fonctionner. Après une attaque de mardi contre le premier moteur de recherche internet tchèque Seznam, les pirates s'en sont pris mercredi aux serveurs de la banque centrale tchèque (CNB) et des principales banques commerciales du pays. « La République tchèque fait face à la vague la plus importante de cyberattaques dans son histoire », constatait jeudi le principal quotidien économique du pays, Hospodarske Noviny.
Que va-t-il se passer maintenant ? L’internet tchèque peut-il s’écrouler ? Le registre national Cz.nic, qui gère toutes les noms de domaine se terminant par .CZ, cherche à rassurer. Dans un communiqué, il souligne la robustesse de son infrastructure et qu’il est préparé à toute attaque. La crainte, en tous les cas, est justifiée. Une panne du registre national mettrait en pagaille toute la Toile du pays.  
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Près de la moitié des cyberattaques visent les sites marchands
Les deux Corée subissent des cyberattaques
La Chine a « des montagnes de données » prouvant des cyberattaques américaines
Cyberattaques contre la Corée : l’adresse IP n’était finalement pas chinoise
La Corée du Nord cyberattaquerait la Corée du Sud en passant par la Chine
Cyberattaques : la Corée du Sud ouvre une enquête
Cyberattaques : la Chine rejette en bloc les accusations des Etats-Unis
La Corée du Nord accuse les Etats-Unis de cyberattaques
EADS, victime à son tour des hackers chinois
L’Iran dément toute cyberattaque contre les banques américaines (MAJ)
Les Anonymous menacent Israël de cyberguerre
La Russie veut-elle la peau de Tor ?
A quoi servent les étranges portes dérobées découvertes dans les iPhone ?
La Tesla Model S hackée lors d’un concours de sécurité
Des milliers de LiveBox Orange piratées par un détournement de DNS
Amazon au service de la CIA et de la NSA
Cartes bancaires : 20 fois plus de fraudes sur Internet qu’en magasin
L’édifiant arsenal des espions britanniques pour manipuler les contenus sur le Web
Projet Zero : Google ouvre la chasse aux failles zero day avec une unité d’élite