En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

TEST : Aliens Colonial Marines, un raté quasi parfait

La saga Alien n’a pas connu le même succès sur grand écran et sur nos consoles. Ce dernier épisode en date confirme que dans l’espace, on ne nous entend pas crier, de dépit.

laisser un avis
Gearbox Software. Gearbox. Software. Un de ces studios qui font qu’on embrasse un jeu avec le sourire, un rien d’impatience, et, avouons-le, une cote de sympathie au plus haut. Il faut dire que grâce à eux, nous avons pu arpenter les contrées de Pandora dans les deux excellents Borderlands. Ce sont eux, encore, qui ont porté Duke Nukem Forever jusqu’à nous, même si nous le savions avant même d’y goûter le nectar serait amer comme seuls peuvent l’être les fruits mûris trop longtemps.
Et puis cet Aliens Colonial Marines s’inscrit dans une des sagas cinématographiques les plus prenantes et terrifiantes qui soit. Il est censé se situer juste après Aliens (Alien, le retour). Autant dire que c’est les mains un peu moites et le palpitant dans la gorge qu’on a lancé notre Xbox 360.

Aïe mes yeux

Premier choc. C’est moche. Pas laid à tomber du siège, mais suffisamment fade au niveau des textures et mal goupillé au niveau des animations pour qu’on se demande si on n’a pas voyagé dans le temps entre la console et le fauteuil. Aliens Colonial Marines a bénéficié ou souffert d’un développement long, et ça se sent. On a déjà vu des jeux sur iPad avec des animations plus fluides. Et si on ne peut s’attendre à des couleurs chatoyantes, il y a une différence entre le glauque d’une station spatiale, d’une planète lugubre et le terne d’une palette graphique pauvrette.

Aïe mes oreilles

Deuxième choc. Ca fait mal aux oreilles. Alors que le moindre crissement de griffe d’alien sur un sol métallique nous pousse généralement à deux doigts de l’évanouissement, ici, rien. Ou presque. Il y a bien quelques moments où la bande son va porter l’ambiance et où les explosions vont nous souffler les tympans, mais dans l’ensemble, c’est mou ou pire crispant. Le smartgun de notre collègue marine est tout simplement insupportable. Bonne nouvelle la campagne solo ne dure pas plus de 7 heures.

Aïe le plaisir

Troisième choc. Les armes sont 1/rares (pas plus d’une demi douzaine) 2/pas jubilatoires pour deux sous 3/imprécises et frustrantes. Autant dire que dans un FPS, c’est un sacré handicap. Un peu comme si une simulation de poney vous fournissait un Shetland dont on aurait plâtré les jambes.
Charger ! Pan ! Et ensuite ?

Aïe le level design

Quatrième choc. On savait que l’architecture militaro-alien n’était pas beaucoup plus réputée que l’architecture pavillonnaire, on en a la confirmation. Le level design a visiblement oublié de monter dans la navette. Tout ici est exigu, désespérant, vide, rigide, peu inspiré et d’un classicisme qui ferait passer Daïkatana pour un rêve éveillé. Il y a bien quelques fulgurances, qui rappellent un peu ces morceaux plein de promesses qu’on retrouvait dispersés de-ci delà dans Duke Nukem Forever. Mais qui dit fulgurance dit fugacité. Alors au lieu d’avoir peur et de trembler l’arme au poing, en se demandant si on ne ferait pas mieux de se rouler en boule dans ce coin sombre, on avance en dézinguant de l’alien ou du soldat de la Weyland-Yutani en sursautant de temps à autres, juste le minimum syndical, et toujours accompagné.

Aïe le reste

Si les spécialistes de la série s’arracheront les cheveux devant certaines incohérences scénaristiques, ce n’est rien comparé à l’indigence de l’IA. Alors pour se frotter à un peu d’intelligence humaine, on pourra toujours tenter le coop à 4 – pas forcément très folichon – ou le multi, classique et pas inoubliable malgré quelques bons moments. Mais là encore le joueur à la recherche d’exotisme se trouvera bien déçu. Les aliens sont patauds et lourdauds. Ils ont toutefois un avantage sur le joueur. Eux, au moins, grimpent au plafond…

Aliens Colonial Marines

agrandir la photo

Editeur : Sega
Développeur : Gearbox Software
Date de sortie :
12 février 2013
Plates-formes : PC, Xbox 360, PS3 et Wii U
Testé sur Xbox 360
Prix : A partir de 50 euros

Pour :
- Un FPS dans l’univers Alien
- L’ambiance parfois

Contre :
- A peu près tout

Note : 2/5

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Test : Titanfall séduit par sa nervosité et son fun malgré ses travers
TEST : Trials Frontier, le roi des roues arrière file plein gaz sur iPhone et iPad
NDS4iOS, un émulateur pour jouer aux jeux Nintendo DS sur iOS sans jailbreak
TEST Diablo III : Reaper of Souls, un retour aux Enfers un peu trop calme
Sélections Telecharger.com : les meilleurs logiciels de l'année
GTA V arriverait sur PC, PS4 et Xbox One en juin prochain
TEST : inFamous Second Son vous accorde les pleins pouvoirs et c’est grisant !
Hearthstone, le jeu de cartes gratuit de Blizzard, arrive très bientôt sur iPad
Prodigy, Skylanders-like français, ouvre sa campagne Kickstarter
En 2014, la PlayStation 4 se vend deux fois plus que la Xbox One
Planets3, le jeu de rôle français aux airs de Minecraft qui a besoin de vous
Pour John Carmack, Facebook a ce qu’il faut pour développer la réalité virtuelle
Watch Dogs : que feriez-vous avec une telle puissance ?
Titanfall, les tricheurs iront en Enfer… entre eux
Premier contact avec Prodigy, le jeu vidéo français à figurines qui voit grand
TEST : HearthStone, de Blizzard, attention ce Free-to-Play est hautement addictif
Assassin's Creed Unity : Ubisoft vous emmène à Paris pendant la Révolution
Un Norvégien de 14 ans sombre dans le coma après un marathon Call of Duty
DirectX 12, Microsoft promet des jeux mieux optimisés sur PC, smartphone et Xbox One