En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Le Nouvel Obs oblige Rue89 à quitter le syndicat de la presse en ligne

Alors que les négociations entre Google et les éditeurs de presse sont toujours en cours, Rue89 doit s’aligner sur la stratégie de son actionnaire.

laisser un avis
Le site d'information Rue89 a démissionné du Syndicat de la presse en ligne (Spiil) « à la demande de son actionnaire », Le Nouvel Observateur, qui participe aux négociations des éditeurs avec Google, provoquant les « plus vives protestations » du Spiil, a-t-on appris mercredi 2 janvier.
Dans une lettre datée du 23 décembre et consultée par l'AFP, Pierre Haski, président de Rue89, a notifié son retrait du Spiil à Maurice Botbol, président du syndicat, « à compter du 1er janvier 2013 » à la demande « de son actionnaire ». Toutefois, « les fondateurs de Rue89 (...) restent fidèles aux valeurs qui lient entre eux les membres de cette communauté de journalistes et d'entrepreneurs et continueront de s'en inspirer dans leur action future », ajoute Pierre Haski. « Il ne s'agit pas d'une intrusion dans notre liberté éditoriale. Nous sommes dans un domaine relevant de la cohérence d'un groupe », a-t-il expliqué à l'AFP. Contactée par l'AFP, la direction du Nouvel Observateur n'était pas joignable dans l'immédiat.

Des prises de position incompatibles

Le Spiil, dont Rue89 fut l'un des fondateurs en 2009, a pris acte de cette décision avec « un profond regret ». « Le Spiil tient à élever les plus vives protestations contre la décision de Claude Perdriel (propriétaire du Nouvel Observateur, ndlr), qui s'inscrit en contradiction flagrante avec les valeurs que le Nouvel Observateur affirme défendre », a-t-il ajouté. Cette décision intervient sur fond de négociations entre les éditeurs de presse et Google. Ceux-ci exigent que Google paie des droits voisins du droit d'auteur, au regard des importants bénéfices publicitaires que le géant américain réalise en se contentant de référencer leurs titres.
Mais pour le Spiil, qui regroupe les sites d'information nés sur internet, dits « pure players », tels Mediapart, Atlantico, Slate, une telle taxe ne tient pas compte de la spécificité d'internet. En octobre, le Spiil avait dévoilé un manifeste dans lequel il réclamait la suppression des aides directes à la presse. Une position que ne partagent pas les éditeurs de presse.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Accord Google/éditeurs : le médiateur qui valait 450 000 euros
Taxe Google : le Bundestag vote la loi sur les droits d'auteur "voisins"
Pour les agences de presse, l’accord Google/éditeurs est un « écran de fumée »
Selon les éditeurs, « une guerre contre Google n'aurait pas été bénéfique »
Négociations de la dernière heure entre Google et les éditeurs de presse
Le « litige » entre Google et les éditeurs entre dans les prolongations
Google aurait proposé 50 millions d'euros aux éditeurs de presse (MAJ)
Réunion de la dernière chance entre Google et les éditeurs de presse français
Les éditeurs de presse ripostent avec une pâle copie de Google News (MAJ)
Dans l'impasse juridique, la presse belge fait la paix avec Google
Google et les éditeurs de presse français enchaînent les réunions
Marc Schwartz nommé médiateur entre Google et la presse
Google et la presse : nomination imminente d'un médiateur
Google et la presse : l'Elysée préfère la négociation en premier
Moteurs de recherche : les éditeurs veulent être payés
01net evening : l'actu tech du 23 octobre
Vidéo : un fabricant de smartphones chinois se moque d'Apple et casse un iPhone
Facebook : Mark Zuckerberg veut séduire les Chinois en parlant mandarin
01net evening : toute l'actu tech du 22 octobre