En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

La France n'a pas signé le traité international des télécoms

La France fait partie des 55 pays n'ayant pas signé le traité international des télécoms, en discussion à Dubaï. En cause : la velléité de réguler le Net.

laisser un avis
agrandir la photo
La France fait partie des 55 pays, aux côtés des Etats-Unis ou du Royaume-Uni, n'ayant pas signé le nouveau traité de l'Union internationale des télécommunications (UIT). Ce document a par ailleurs été approuvé par 89 Etats membres de UIT, lors du sommet mondial de Dubaï, qui a clos ses travaux, vendredi 14 décembre.
La France, comme la plupart de ses partenaires européens, n'a « pas pu se rallier au texte adopté par la conférence, car certaines dispositions du nouveau traité sont susceptibles d'être interprétées comme une remise en cause des principes fondant notre position et celle des pays européens, sur l'internet » a indiqué le cabinet de la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin.
Pourtant, le traité, dans sa version finale, n'aborde pas Internet, ni sa régulation, ni sa gouvernance, a rappelé dans le discours de clôture du sommet de Dubaï, le secrétaire général de l'UIT, Hamadoun Touré.
Deux passages du traité ont pourtant soulevé des craintes pour les partisants de la non-régulation absolue du Net. L'article 5B évoque la nécessité pour les Etats-membres de prendre des mesures pour prévenir la propagation de flots de communications électroniques non sollicitées et d'en minimiser les conséquences sur les services de télécoms. Certains y ont vu un encouragement de certains gouvernements à verrouiller les échanges électroniques (SMS, email) au nom du contrôle de cette prolifération ou supposée telle.
Le seul texte qui évoque Internet est une résolution non contraignante sur la promotion d'un environnement favorable pour un plus grand développement d'internet.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Sommet de Dubai : sans consensus et sans régulation du Net (MAJ)
Le Congrès des Etats-unis exclut une régulation du web par l'UIT
L’Internet européen : une belle idée, mais utopique
iPhone 6 : les dernières rumeurs
Les rumeurs du Samsung Galaxy S5 : infos ou intox ?
La justice américaine porte un rude coup à la neutralité du Net
Pourquoi Bouygues se risque à la guerre des prix sur l'Internet fixe
Bruxelles estime que les propositions de Google ne sont "pas acceptables"
JTech 165 : LeWeb 13, la voiture connectée, le salon nautique, le top des objets connectés
Loi sur la prostitution: recul du gouvernement sur le blocage d'Internet
Les Taxis G7 embarquent des hotspots wi-fi connectés en 4G
Les appareils photo connectés à Internet séduisent les acheteurs
Orange déploie l'un des plus grands data center d'Europe, en Normandie
Un décret va encadrer la réservation par Internet des rivaux des taxis
Iran : un problème technique a rendu Twitter et Facebook accessibles
La Banque de France inclura enfin l'e-commerce dans ses statistiques
La Banque de France inclura l'e-commerce dans ses statistiques
Internet: l'Europe élève le ton dans le litige sur les extensions .vin et .wine
Les hôteliers soutenus par les députés face aux sites de réservation