En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Le Canada s’interroge à son tour sur Huawei

Le gouvernement canadien a exclu un ou plusieurs fournisseurs étrangers de la construction d’un réseau gouvernemental. Huawei fait probablement partie de cette liste noire.

laisser un avis
La cabale contre les constructeurs télécoms chinois continue. Après les États-unis, c’est au tour du Canada de fermer la porte de son marché d’équipements télécoms. Ainsi, le pays a interdit à un ou plusieurs fournisseurs étrangers de participer à la construction d’un important réseau gouvernemental destiné à fournir des services de messagerie, de téléphonie et d’interconnexion de centres de données. « Le gouvernement sera très prudent dans le choix (des fournisseurs) pour la construction de ce réseau et il a invoqué l'exception au titre de la sécurité nationale », a déclaré M. MacDougall, porte-parole du Premier ministre canadien Stephen Harper, sans mentionner explicitement des constructeurs chinois.
Toutefois, selon Reuters, il aurait ajouté : « Je vous laisse juger s’il faudrait intégrer Huawei dans le système de sécurité canadien ». Ce qui laisse supposer que Huawei fait bien partie de la liste noire définie par le gouvernement. Cette mise au point intervient au lendemain de l'avertissement lancé lundi 8 octobre 2012 par une commission du Congrès américain, selon lequel des équipements fournis par les groupes chinois Huawei et ZTE pourraient être utilisés à des fins d'espionnage.

Huawei est déjà bien implanté au Canada

Cette mise à l’index a été critiquée aussi bien par le gouvernement chinois que par la direction de Huawei, qui y voit un « dénigrement de la Chine ». Pour sa part, un ancien numéro deux du Service canadien du renseignement de sécurité (contre-espionnage), Ray Boisvert, a déclaré à la chaîne CBC qu'il partageait les inquiétudes soulevées par Washington.
Pour Huawei, c’est un sérieux revers, car il est déjà bien implanté dans le marché télécoms canadien : il fournit des réseaux à haut débit pour des sociétés canadiennes du secteur comme Bell Canada, Telus, Sasktel et Wind Mobile.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Test de Huawei Ascend Mate 7 : maxi performances pour smartphone XXL (vidéo)
JTech 184 : Foire de Paris, Ascend P7, Gear Fit (vidéo)
Vidéo du jour - Le Huawei Ascend P7 mise sur le design et la photo
Bracelets connectés : comment choisir ? (vidéo)
[MWC 2014] bracelets et porte-clefs : la folie des objets connectés
Grand Talk : en direct du MWC de Barcelone
Zapping Techno 10/10 : retour sur Novembre 2013
Cybersurveillance: les Etats-Unis s'inquiètent d'un contrat Huawei en Corée
Au coeur du centre R&D de Huawei à Shanghaï
Huawei Media Q : un boîtier minuscule pour tout connecter à sa télé
Bienvenue à Shenzen, la Silicon Valley chinoise !
La Chine prépare déjà la 5G
Bienvenue à Shenzen, la Silicon Valley chinoise !
Télécoms: le gouvernement part en chasse contre les équipementiers chinois
Huawei parraine une promotion d’élèves de l’Insa de Lyon
[Remix été 2013] MWC de Barcelone : smartphones low cost, 4G et NFC
Citrix débauche chez Huawei et SAP
Facebook s’installe dans le darknet avec une adresse en .onion
La Corée du Nord aurait caché des malwares dans des applis de jeux
Sony s'explique sur le présumé spyware chinois dans ses smartphones Xperia