En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Facebook teste un bouton Want et renforce son modèle économique

Continuant sur sa lancée, Facebook est en train de tester un nouveau bouton Want, lié à toute une plate-forme de ventes, qui pourrait bien lui rapporter gros.

laisser un avis
Le numéro Un mondial des réseaux sociaux, qui a passé le cap du milliard d’utilisateurs actifs récemment, n’en finit pas de consolider son modèle économique.
A en croire AllFacebook, le « blog officieux » du géant américain, Facebook est en train de tester un nouveau bouton, en plus des traditionnels Like, Share, etc. Un bouton Want (Je veux), qui avait d’ailleurs déjà fait son apparition dans le kit de développement de Facebook en juin dernier.
Après avoir mis en place la vente de « vrais » cadeaux, avoir élargi la zone de tests des mises à jour de statut payantes et offert davantage de fonctions aux professionnels et entreprises, Facebook a donc passé des accords avec sept marques, dont Victoria Secret, Neiman Marcus et Pottery Barn.

Consolidation économique

Bouton Want
Bouton Want
Source : AllFacebook
La nouvelle plate-forme permet aux utilisateurs de vouloir, de collectionner ou d’aimer un produit. Si l’utilisateur « like » le produit, ce dernier apparaîtra alors dans sa Timeline. La collection permettra a des marques de mettre en avant des produits et à des utilisateurs de Facebook de suivre ces collections grâce à des fils d’information distincts. Evidemment, il sera possible d’acheter ses produits et objets directement depuis Facebook. La société de Mark Zuckerberg pourrait alors très bien faire doublement affaire. En touchant une commission sur la vente d’une part, mais également en étant payé par les marques pour mettre en avant certains produits.
Il semblerait bien que « Zuck » ait trouvé une solution au problème des revenus publicitaires et au glissement, non monétisé, de son audience vers les mobiles.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
S’adapter aux comportements des consommateurs pour optimiser la transformation digitale
Facebook assure protéger votre vie privée pour mieux gagner votre confiance
Cloud : Apple est le bon élève vert, Twitter et Amazon portent le bonnet d’âne
Pour John Carmack, Facebook a ce qu’il faut pour développer la réalité virtuelle
Service client : à l’heure de l’omnicanal, n’enterrez pas l’email !
Drones Facebook contre ballons Google : la bataille de l'Internet du ciel (Vidéo)
Facebook rachèterait un fabricant de drones pré-orbitaux
WhatsApp racheté par Facebook : ce qu'il faut savoir
Les 5 raisons pour lesquelles WhatsApp vaut bien 19 milliards de dollars
Ironie du sort : en 2009, Facebook a refusé d’embaucher le cofondateur de WhatsApp
Mark Zuckerberg : « WhatsApp va dépasser la barre du milliard d'utilisateurs »
L’omnicanal s’impose également dans le B2B
Phone Apps #39 : Paper, Flappy Birds, Swiftkey Note
Bosch prend enfin Internet au sérieux
Twitter, ou l’oiseau qui veut se faire aussi gros que Facebook ?
Les bastions informatiques, boulets ruineux de la modernisation de l’entreprise
Gap recrute sur Facebook
Facebook supervise toute sa consommation énergétique à partir d'un seul écran
Laurent Solly (Facebook) : « La force de frappe de Facebook au service de l’emploi »
Facebook propose de centraliser les offres d’emploi des PME