En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

Un Land allemand veut interdire le bouton « J'aime » de Facebook

Le fameux bouton enfreindrait les lois allemandes sur la protection des données. Une « Cnil » régionale reproche au site Web 2.0 de s'en servir pour recueillir des informations sur des internautes qui ne font pas partie de ses membres.

laisser un avis
Outre-Rhin, les organismes de protection des données ne sont pas forcément fans du bouton « J’aime » de Facebook. L'Unabhängiges Landeszentrum für Datenschutz (ULD), le centre indépendant pour la protection des données du Land de Schleswig-Holstein, estime que le « Gefällt mir » du numéro un des réseaux sociaux enfreint plusieurs lois fédérales allemandes et la réglementation européenne. Il reproche à la firme de Mark Zuckerberg de collecter, par le biais de ce bouton présent sur des sites partenaires, des informations sur des internautes qui ne sont même pas membres de Facebook.

Elaborer des publicités ciblées

Interrogé par le quotidien allemand Die Welt, Thilo Weichert, le porte-parole de cette « Cnil » régionale, explique que cliquer sur le bouton « J’aime » entraîne le transfert de certaines données aux Etats-Unis. Facebook recueillerait, en sus de l’adresse IP des internautes, la durée de leur connexion ainsi que le détail de leur navigation sur le site partenaire, de manière à concevoir des publicités ciblées. Dans un communiqué, l’ULD prévient : « Quiconque a visité Facebook ou a utilisé un plug-in [le bouton « J’aime », NDRL] doit s’attendre à être traqué pendant deux ans. Facebook élabore pour chaque individu ou chacun de ses membres un profil personnalisé. » Si elle a reconnu collecter des données, la société américaine affirme qu'elles sont effacées dans les 90 jours.
Le centre de protection des données du Schleswig-Holstein demande à tous les partenaires de Facebook hébergés dans ce Land d’arrêter de transférer des informations sur les internautes au réseau social. Il leur donne jusqu'à la fin septembre pour désactiver les boutons « J’aime » présents sur leur site, faute de quoi il prendra des mesures supplémentaires. Il leur rappelle qu’ils encourent 50 000 euros d’amende.

La reconnaissance faciale déjà critiquée à Hambourg

Ce n’est pas la première fois que le réseau social aux 650 millions de membres est dans le collimateur des autorités allemandes. L’organisme responsable de la protection des données dans le Land de Hambourg a, au début du mois d’août, épinglé la reconnaissance faciale utilisée sur le site. Il reproche au site de constituer une base de données à partir des photos taguées par les internautes. Autrement dit de ficher ses membres à partir de données biométriques, ce qui ne peut se faire outre-Rhin sans autorisation spécifique.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Facebook assure protéger votre vie privée pour mieux gagner votre confiance
Cloud : Apple est le bon élève vert, Twitter et Amazon portent le bonnet d’âne
Pour John Carmack, Facebook a ce qu’il faut pour développer la réalité virtuelle
« IBM n’a pas fourni de données de ses clients à la NSA »
Un lien hypertexte n’est pas une atteinte au droit d’auteur
Drones Facebook contre ballons Google : la bataille de l'Internet du ciel (Vidéo)
Facebook rachèterait un fabricant de drones pré-orbitaux
WhatsApp racheté par Facebook : ce qu'il faut savoir
Les 5 raisons pour lesquelles WhatsApp vaut bien 19 milliards de dollars
Ironie du sort : en 2009, Facebook a refusé d’embaucher le cofondateur de WhatsApp
Mark Zuckerberg : « WhatsApp va dépasser la barre du milliard d'utilisateurs »
Phone Apps #39 : Paper, Flappy Birds, Swiftkey Note
Bosch prend enfin Internet au sérieux
Twitter, ou l’oiseau qui veut se faire aussi gros que Facebook ?
Les bastions informatiques, boulets ruineux de la modernisation de l’entreprise
Gap recrute sur Facebook
Facebook supervise toute sa consommation énergétique à partir d'un seul écran
Laurent Solly (Facebook) : « La force de frappe de Facebook au service de l’emploi »
Facebook propose de centraliser les offres d’emploi des PME
Les e-commerçants français protègent mal nos données personnelles