En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Bureautique
Multimédia
Internet
Utilitaires
Personnaliser son pc
Loisirs
Sécurité
Logiciels Mobiles
Services en ligne
Divers

Choisir la bonne méthode : les critères qui comptent

laisser un avis
Avant de numériser une diapositive, posez-vous la question de ce que vous allez faire du fichier numérique. De la réponse dépendra la qualité de numérisation dont vous aurez besoin, le temps de traitement et même l'espace de stockage dont vous devrez disposer pour les fichiers.
La résolution de la numérisation peut être déterminée par la ré solution d'impression. La valeur optimale admise par la majorité des imprimantes est de 300 ppp (points par pouce). C'est à partir de cette valeur que sont calculées les résolutions dont vous aurez besoin en fonction du format d'impression visé.
Résolutions de numérisation et tailles d\'impression d\'une diapo 24x36 mm
agrandir la photo
Le principe est simple : numérisée à 300 ppp, une diapositive est à l'échelle 1, c'est-à-dire qu'elle sera imprimée en qualité optimale au format 2,4 x 3,6 cm. Pour atteindre une qualité équivalente sur un format 10 x 15 cm, il faudra « agrandir » l'image environ quatre fois, tout en gardant la même densité d'informations par pouce, soit 1 200 ppp (Voir tableau ci-contre). Evidemment, plus la résolution est élevée, plus la numérisation est longue, et plus le fichier final est lourd.
La plupart du temps, vous n'aurez rien à calculer, le pilote du scanner dispose de profils prédéterminés pour chaque type d'action. Pour une simple visualisation sur écran, la résolution de numérisation est déterminée par la taille d'image souhaitée pour un affichage à 100 % sur l'écran. Par exemple, 1 600 x 1 200 pixels sur un écran 22 ou 24 pouces.

Poussières et rayures…

Pour choisir le bon type de scanner, plusieurs aspects sont à prendre en compte. La résolution optique bien sûr, mais pas seulement. Car les vieilles diapos, si elles ont été mal conservées, sont pleines de poussières et de rayures. Tout dépend du niveau de dégâts, mais traiter ce type de défaut sans outils spécialisés est un calvaire.
Vous pouvez bien sûr, après la numérisation des images, utiliser un logiciel de retouche d'images pour enlever, une à une, griffures et salissures. Mais le travail nécessaire pour chacune peut vite se compter en heures. C'est envisageable sur une petite série, mais exclu pour un grand volume de clichés.
La solution, c'est le traitement automatique. Il est réalisé par le scanner et un logiciel adéquat par analyse infrarouge. C'est très efficace. Selon la marque de scanner, le procédé s'appelle Digital ICE (Epson), Fare (Canon) ou encore iSRD (Plustek). Les temps de traitement sont alors allongés, mais on reste encore très largement gagnant par rapport à une retouche manuelle.
La qualité de rendu des couleurs influe aussi sur le temps de traitement et le poids des fichiers numériques. Presque tous les scanners à film sont capables d'analyser les couleurs sur 48 bits (plusieurs milliards de nuances). Même si la plupart du temps, vos fichiers Tiff ou Jpeg ne seront codés au final qu'en 24 bits (16 millions de couleurs), ce surplus de données n'est pas inutile et permet de capturer les plus fines nuances du film avant conversion en 24 bits.
Que vous travailliez en 48 ou 24 bits, si vous souhaitez faire des retouches, enregistrez de préférence vos numérisations dans un format d'image sans perte, comme le Tiff, quitte à convertir les fichiers en Jpeg une fois tous vos traitements achevés. Le Dmax, quant à lui, détermine la capacité du scanner à analyser les zones très contrastées de l'image pour y déceler les petits détails. Pour un travail de qualité, un Dmax de 3 ou plus est recommandé.

Qu'est-ce que c'est ?

Bit. Binary digit, plus petite unité informatique, binaire de représentation de données, dont la valeur est 0 ou 1. Huit bits forment un octet. Par exemple, 00000011 est l'octet dont la valeur décimale est 3.

ppp. Point par pouce, mesure utilisée pour indiquer la résolution d'un document (image numérisée avec un scanner ou page imprimée). Elle exprime le nombre de points sur la surface d'un pouce carré (soit un carré de 2,54 cm de côté).

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Comment choisir une imprimante wifi ? (Vidéo)
Bletchley Park numérise les archives secrètes de la Seconde Guerre mondiale [Partie 2/2 : Le projet]
La numérisation gagne en mobilité
Coulisses du 01Lab : barre de son Lenco et scanner à main Iris
Le nouveau scanner d'Epson était presque parfait
Le Nokia C7, un smartphone plein de qualités, mais encore perfectible
Le premier moniteur 23 pouces LED de Nec est une réussite
Un netbook Asus silencieux et agréable à utiliser
Une minichaîne home cinéma Denon un peu décevante
L'AgfaPhoto AS1150, un petit scanner photo (trop) ambitieux
Quatre solutions pour numériser vos diapositives
Google propose un outil gratuit pour tester la sécurité des sites web
Scanners corporels : la Cnil veut limiter les abus
Tirez profit de votre tablette Nexus 7
Affichez sur la télé le contenu multimédia de votre PC
Diffusez vos vidéos sur votre réseau local avec VLC
iTunes Match, la machine à nettoyer vos MP3
Créez un livre interactif avec iBooks Author
Pilotez votre Freebox Revolution avec votre iPad
Entrez dans le monde de 500px et ses belles photos [Vidéo]