Passer au contenu

Test Watch Series 5, la montre connectée d’Apple a enfin tout d’une montre… et bien plus

Toujours au sommet des montres connectées, la Watch Series 5 offre enfin ce que la plupart des montres classiques proposent, un écran toujours allumé. Plus qu’un détail, c’est la marque d’une maturité et le résultat d’une amélioration constante.

L'avis de 01net.com

Apple Watch Series 5 - GPS + Cellular

Les plus

  • + Le design
  • + L'ergonomie générale
  • + L'écran OLED toujours allumé
  • + L'offre applicative et l'App Store

Les moins

  • - L'autonomie perfectible
  • - Le prix

Conception

5 / 5

Autonomie

1 / 5

Fonctions

4.5 / 5

Equipement

5 / 5

Appréciation générale

4.5 / 5

Note de la rédaction

Note publiée le 18/09/2019

Sous les applaudissements, le 10 septembre dernier, la Watch d’Apple est devenue capable d’afficher l’heure… en permanence. Dit comme cela, la performance prête à sourire, surtout provenant du maître étalon des montres connectées, référence indiscutable en termes d’ergonomie, de richesse fonctionnelle et applicative, et surtout de ventes. Pourtant, c’est la manifestation d’un progrès graduel constant.

01net.com – Lionel Morillon – La Watch Series 5, ici en mode “actif”, écran “allumé”.

Toujours allumée… comme une vraie montre

Jusqu’à présent les Watch offraient un écran totalement éteint ou allumé pour une poignée de secondes. La magie opérait grâce à un coup de poignet vif et plus ou moins ample qui sollicitait notamment son gyroscope. On s’y était fait et le manque – ne pas avoir l’heure affichée en permanence – n’en était paradoxalement pas un.

On peut dès lors considérer l’arrivée de l’écran always on de deux façons. D’un côté, voir la montre à moitié vide, et se dire qu’il a fallu cinq modèles pour que la Watch soit l’égale de la plus ridicule des montres-bracelets et n’apporte pas beaucoup. De l’autre, considérer que cet écran toujours allumé va supprimer le principal point de friction dans l’utilisation de la montre au quotidien et assurer ainsi que tous les bénéfices qu’elle apporte sont là, à portée de main, de regard. C’est une fluidification des usages, un service rendu, un gain de confort. Le symbole d’une étape importante dans l’évolution de la Watch, qui est désormais assez mûre dans son facteur de forme et sa base technique pour peaufiner les détails, améliorer ce qui paraît superflu.

Astuce technologique et réflexion visuelle

En capitalisant sur sa technologie de dalle LTPO OLED – introduite l’année dernière et exclusive à la Watch – et en y adjoignant un meilleur contrôle de la consommation d’énergie, Apple a réussi à faire varier non seulement la luminosité de l’affichage mais également la fréquence de son rafraîchissement de 1 à 60 Hz. 

Une précision dans la gestion des ressources énergétiques nécessaires à l’affichage qui se manifestent sommairement par deux états, l’un passif, à tout moment, et l’autre actif, quand vous sollicitez la Watch. En mode passif, l’écran est moins illuminé et l’affichage adopte une sorte de dark mode. Une interface plus sombre et également plus lisible avec un éclairage plus faible. On retrouve les complications mais tous les éléments les plus mobiles et qui consomment donc le plus d’énergie sont suspendus. Ainsi, un chronomètre n’affichera que le changement des secondes et pas les dixièmes et centièmes. De même un cadran « analogique » fera l’économie de la trotteuse. L’essentiel de l’information est là, visible, même en plein soleil. Si vous en souhaitez plus, tournez votre poignet, et la magie opère. 
Seul bémol quand on remarque une notification à visualiser, on a le réflexe de glisser son doigt depuis le haut de l’écran. Si celui-ci est en mode passif, il ne se passera rien. Il faut d’abord l’activer pour ensuite interagir avec l’interface. Sans doute est-ce une question d’habitude. C’est en tout cas une bonne raison de choisir une Watch face qui varie beaucoup d’un état à l’autre afin de ne pas se tromper.

01net.com – Lionel Morillon – La boussole de la Watch Series 5 permet de savoir dans quelle direction on se dirige…

Rien que pour vos yeux…

On ne peut évidemment parler pour tout le monde, mais cette petite semaine passée en compagnie de la Series 5 s’est avérée plus confortable et moins soumise aux micro-agacements provoqués par l’absence de réaction de la Watch malgré un mouvement de poignet parfait. On redécouvre le plaisir de tout avoir sous les yeux tout le temps, ce que d’autres smartwatches proposent déjà, il faut le dire.

Mais une fois encore, Apple le fait à sa manière, faite de soin et d’attention aux détails. L’affichage permanent expose en effet certaines de vos informations via des complications, petits éléments graphiques qui servent aussi bien à créer un raccourci pour appeler votre conjoint(e) qu’à lancer une application que vous utilisez souvent. Vous n’avez pas forcément envie que tout le monde voit votre prochain rendez-vous ou le contact favori qui s’affiche dans une complication. Il est possible de faire en sorte que ces informations ne soient affichées qu’en mode actif, lorsque l’écran est pleinement allumé, et donc vraisemblablement réservé à vos yeux seulement.

Toujours allumée, mais pour combien de temps ?

Si Apple s’est donné tant de mal pour optimiser la consommation de son écran, c’est que c’est généralement le plus gros budget énergétique d’un appareil mobile. Néanmoins, il est nécessaire de se poser la question de l’impact de ce mode always on sur l’autonomie.

Au fil de notre petite semaine d’utilisation nous avons pu constater en fin de journée un pourcentage restant de batterie moindre qu’avec la Series 4. En fonction des usages de la journée – gestion d’appels, activités sportives (voire types d’activités : course, vélo, natation, etc.), streaming musical, interactions par messagerie, etc., nous avons relevé une variation de 5 à 15% de la quantité d’énergie restante au moment d’ôter la Watch pour la recharger par rapport à nos habitudes. 

Prenons plusieurs exemples. Après une journée très sédentaire et un usage classique, la batterie de la Series 5 affichait un peu moins de 40%. Dans la même configuration, la Watch Series 4 l’emportait avec environ 50%. Dès qu’on augmente la quantité d’activités physiques suivies dans la journée, la différence de batterie restant peut monter à 15% en faveur de la Series 4.

En définitive, au cours de notre semaine, les journées les plus actives laissaient systématiquement la Watch Series 5 en mode Réserve – activable dès que le seuil de 20% est atteint. En revanche, nous ne nous sommes jamais trouvés à court, même il s’en est parfois fallu de peu.

Bien entendu, on ne parle pas de journée où on cumulerait sorties sportives longues et oubli de l’iPhone, ce qui sollicite la connexion 4G intensivement. Dans ce cas, aucune des Watch ne s’en sort sans recharge avant le coucher… 

L’impact de l’always on paraît donc réel même s’il dépend également beaucoup de vos usages. En revanche, la promesse de tenir toute la journée (7h-23h) est tenue dans les cas d’usage « raisonnable ». Mais vous n’aviez pas pensé à la Series 5 pour votre prochain Iron Man, n’est-ce pas ?

Quoi qu’il en soit, ponctuellement ou définitivement, il est possible de désactiver l’affichage permanent. Vous y perdrez en confort ce que vous y gagnerez en autonomie grappillée. A ce sujet, si on se réjouit que la perte ne soit pas plus importante, on ne peut que regretter que cette génération ne soit pas synonyme de gros gain dans ce domaine. Pour tout dire, avec environ 23h d’autonomie moyenne, on n’a jamais été aussi proche des 18h annoncées par Apple, ce qui est bien peu. La prochaine étape sera-t-elle de ne pas avoir à charger la Watch tous les soirs ?

01net.com – Lionel Morillon – Les applications installées sur le Watch peuvent toujours être présentées sous forme de bulles ou en liste.

Une boussole, pour plein d’usages

L’autre nouveauté de la Series 5 est une… boussole. Une fois encore on peut retenir un sourire, pourtant, cette minuscule nouveauté pourrait avoir de nombreux usages à termes quand les développeurs d’applications l’utiliseront. Pour l’heure, elle vous permettra de ne pas partir dans la mauvaise direction en sortant du métro, par exemple. Dans Plans, un « cône de confiance » plus ou moins large affiche la direction vers laquelle vous vous tournez. Une nouvelle raison de laisser l’iPhone à la maison. Attention toutefois, Apple indique que les bracelets de Watch qui utilisent un aimant pour se fermer, comme la boucle milanaise par exemple, peuvent produire des interférences, qui nuiront à la précision de la boussole.

Par ailleurs, le Series 5 embarque un altimètre barométrique, qui indiquera le dénivelé parcouru lors d’une promenade ou d’une course, ou simplement l’altitude à laquelle vous vous trouvez, en s’aidant également du Wi-Fi et/ou des données cartographiques. Une fois encore, on est assez loin de la révolution, mais on sait qu’Apple aime avancer par strate technologique. Une nouveauté mineure peut ainsi s’avérer essentielle ultérieurement. Ne jugeons donc de rien à l’heure où la localisation dans les bâtiments est un enjeu de plus en plus important.

01net.com – La montre est capable de vous indiquer si l’environnement sonore autour de vous est trop bruyant.

Votre santé va faire du bruit

Depuis la Series 2, Apple a assumé pleinement ses objectifs en termes de bien-être et de santé. Cette année, avec la Series 5, Apple s’attaque à deux nouveaux piliers. La première est l’audition. La Series 5 est capable de vous avertir quand vous vous trouvez dans un environnement trop bruyant pendant longtemps. A défaut d’être particulièrement pratique, c’est une bonne manière de prendre conscience de ce qu’on inflige à ses oreilles. Néanmoins, on glissera un bémol et un regret. Le premier tient au fait que le simple fait de se doucher avec sa Watch peut entraîner une alerte au bruit. Non pas parce que vous écoutez de la musique trop fort mais parce que l’eau frappe sans doute les microphones et les pousse à croire qu’il y a beaucoup de bruit ambiant. 

Côté regret, on notera que la Watch ne soit pas capable de nous avertir quand nos AirPods ou autres casques Bluetooth nous infligent trop de décibels – alors même qu’elle émet la musique ou peut contrôler le volume produit par l’iPhone… 
Avec les AirPods, qui isolent très mal de l’extérieur, il est courant de devoir pousser le volume sonore pour écouter un morceau ou un podcast dans une rame de métro, par exemple. Si la santé de nos oreilles est importante, pourquoi ne pas avoir pensé à nous alerter ?

Le second pilier n’est pas le sommeil, comme le laissaient penser certaines rumeurs mais le suivi des cycles menstruels. On entre des données depuis l’application Santé de l’iPhone (date des dernières règles, durée habituelle des règles et du cycle, etc.) et reçoit ensuite des indications sur la Watch pour annoncer les règles ou prédire les périodes de fertilité, etc. L’interface est claire et le planning prévisionnel facile à appréhender. Cela pourrait faciliter la vie de bien des femmes.

01net.com – L’Apple Watch Series 5 facilite désormais le suivi du cycle menstruel.

Toujours au cœur…

Bien entendu, on retrouve toujours le capteur cardiaque de deuxième génération, qui réagit plus précisément aux variations de votre cœur quand vous réalisez des fractionnés par exemple. Dans ce domaine, la Watch n’a pas trop à rougir de la concurrence des montres sportives. L’ECG, l’électrocardiogramme est évidemment toujours de la partie, même s’il est fort peu probable que vous en ayez un jour besoin.

01net.com – Lionel Morillon – Le capteur cardiaque de deuxième génération de la Watch Series 5.

Et bien entendu, pour ceux qui n’ont pas déjà opté pour Nike Run Club, Runtastic, ou encore Stravia, watchOS embarque une application dédiée au sport, de la course à la natation, en passant par le vélo ou la randonnée. Si vous ne trouvez pas votre compte dans les activités déjà identifiées et qui bénéficient alors d’algorithmes dédiés pour mesurer votre effort, vous pourrez toujours trouver votre bonheur parmi une longue liste d’activités plus génériques.

Grâce à watchOS 6, il est également possible de suivre sur une plus longue période de temps vos efforts pour boucler vos trois anneaux quotidiens : nombre de lever, calories brûlées et minutes d’exercice par jour. Selon toute logique, il faut se prêter assidûment à cette gamification de votre vie quotidienne pour y trouver son intérêt. Néanmoins, les données recueillies par Santé sont suffisamment variées pour mériter un regard régulier. Vous y trouverez votre VO2max, par exemple, ou vos progrès pendant vos entraînements.

Pour les utilisateurs les plus âgés, les plus inquiets ou les plus voyageurs, la Watch Series 5 continue bien entendu de détecter les chutes mais elle élargit également le potentiel des appels d’urgence à l’international. Ainsi, si vous tombez ou faites un malaise, vous pourrez, en pressant le bouton latéral de la Watch prévenir à la fois votre contact référent mais aussi les secours locaux dans plus de 150 pays.

Et un nouvel OS, watchOS 6

La Series 5 bénéficie évidemment des nouveautés introduites avec watchOS 6, la nouvelle version du système d’exploitation d’Apple pour sa montre. On note l’arrivée des Audiobooks, l’apparition d’une calculatrice ou d’un dictaphone en plus de l’appli Boussole, exclusive à la Series 5. 

Mais watchOS 6 introduit également une nouveauté majeure qui vise à couper un peu plus encore le cordon ombilical qui relie la Watch à l’iPhone depuis ses débuts en 2015. Il est désormais possible de télécharger une application directement sur la montre connectée grâce à une application App Store dédiée. Puisqu’il n’y a ni Touch ID, ni Face ID sur la Watch, il vous faudra saisir votre mot de passe manuellement lors du premier achat, soit en l’écrivant sur l’écran de la Watch, soit grâce à un clavier… qui s’affichera sur votre iPhone. Heureusement les achats suivants sont validés en appuyant deux fois sur le bouton latéral de la Watch. Quoi qu’il en soit, l’arrivée du kiosque de téléchargement a un effet positif sur la Series 5 : elle double la capacité de stockage embarquée. Vous pouvez maintenant compter sur 32 Go et non plus seulement 16 Go pour stocker vos applications ou morceaux de musique préférés.

01net.com – Pour acheter une application sur l’App Store de la Watch, il faut logiquement saisir son mot de passe. Ce n’est pas le plus facile…

Passer à la Watch Series 5 ?

La Watch Series 5 a tué son aînée la Series 4. Comme elle, la Series 5 se décline en deux tailles, de 40 et 44 mm avec un écran plus grand que sur la Series 3 (38 et 42 mm), toujours vendue à partir de 229 euros. Ces boîtiers sont eux-mêmes disponibles équipés d’un GPS ou d’un GPS et d’un module cellulaire (3G/4G). Enfin, ils sont disponibles en quatre matériaux : aluminium et acier inoxydable, pour les versions les plus courantes ainsi que céramique (de retour) et titane (une nouveauté) pour les Watch Edition. Les Watch ne sont plus considérées comme des produits de grand luxe, mais ces deux derniers matériaux sont extrêmement coûteux et haut de gamme. Le titane ayant l’avantage d’être à la fois plus résistant et léger que l’acier. 
Pour vous aider dans ce labyrinthe d’options, Apple a mis en place sur son site et dans les Apple Store un Watch Studio, qui vous permet d’essayer et de tout choisir, du boîtier au bracelet.

Cependant, il peut être bon d’avoir quelques idées des prix pratiqués. La Series 5 la moins coûteuse est ainsi vendue à 449 euros pour le modèle aluminium, le premier prix en acier est fixé à 749 euros – 799 euros pour la version testée, tandis que la Watch en titane est accessible à partir de 849 euros… Toujours pas effrayé ? Comptez 1349 euros pour la finition en céramique. Pas luxueux, mais pas donné pour autant.

Néanmoins, le Watch Studio ne vous aidera pas à savoir si la Series 5 est pour vous. Si vous possédez la Series 4, nous aurions fortement tendance à vous conseiller de passer votre tour. Sauf à ce qu’une des nouveautés de la Series 5 soit la panacée pour vous. Si vous possédez la Series 3, vous pouvez commencer à envisager de franchir à nouveau le pas, surtout si le fait de bénéficier d’un écran plus large et affichant plus d’informations compte pour vous. Mais peut-être pourriez-vous attendre une année encore avant de passer à une mise à jour. Cette Series 5 n’est qu’un très beau peaufinage en règle du modèle qui ne vous a pas fait craquer l’année dernière. Et si vous êtes équipé de la Series 1 ou 2, vous devriez apprécier le gain solide en performance assurée par la puce S5, donnée pour être identique à la S4, intégrée dans la Series 4.