Un défaut de programmation dans le protocole de communication permettait d’envoyer n’importe quel fichier exécutable directement sur le poste cible. Cette vulnérabilité est corrigée depuis dix jours.

A lire aussi