Un gisement de compétences mal exploité

Le pays souffre d'une absence de volonté politique de promouvoir le secteur des services informatiques. Farid Lefkir, le nouveau président de l'Aita, le Syntec numérique algérien, entend néanmoins faire de l'offshore un axe de développement privilégié.

Votre opinion

Postez un commentaire