Les informaticiens plus mobiles en province qu'à Paris