Par un arrêt rendu le 19 juin 2009, la Cour de cassation reconnaît la valeur juridique des SMS dans une affaire de divorce.