Le peer to peer se rebelle contre les majors