Le Mondial de football risque de saturer les réseaux