Passer au contenu

Epson découvre le fax

Avec la Stylus DX7000F, le constructeur lance une nouvelle imprimante multifonction, qui fait également télécopieur.

Alors que d’autres constructeurs, comme HP, ont déjà franchi
le pas depuis quelque temps, il était légitime de se demander ce qui retenait
Epson d’inclure un fax à ses multifonctions à jets d’encre. En sus de
l’obligatoire fonction imprimante, ces dernières incluaient déjà le
scanner-photocopieur et les lecteurs de cartes.

Si on ne sait toujours pas
pourquoi Epson a traîné, l’attente, elle, est finie. La société nippone le
claironne : la Stylus DX7000F embarque un fax, couleur, qui plus est ! D’après
le fabricant, il propose deux modes de fonctionnement : automatique ou
manuel. Ce dernier mode évitant que la réception d’un fax interrompe l’impression
d’un document. La Stylus DX7000F semble également pouvoir contenir un carnet
téléphonique de 60 numéros, pour faxer plus rapidement.

Quant à la fonction scanner, d’après ses spécifications, elle devrait assurer un bon niveau de numérisation, avec ou sans
reconnaissance de caractères (OCR). Elle devrait aussi permettre de photocopier des
documents papier à hauteur de 27 pages par minute. La vitesse
maximale d’impression de la Stylus DX7000F.

Côté
imprimante, ce modèle se trouve dans la moyenne des  multifonctions disponibles actuellement, avec
une qualité d’impression qui devrait approcher le rendu de certaines
imprimantes laser. Elle intègre évidemment la fonction PictBridge pour
imprimer directement depuis un appareil photo ou depuis une clé USB. De plus, point
appréciable, les couleurs et le noir sont séparés en quatre cartouches, ce qui tend
à devenir la norme chez la plupart des fabricants et permet à l’utilisateur de
ne changer que les cartouches vides.

A voir les caractéristiques
de la Stylus DX7000F, elle se positionne clairement sur le marché des très
petites entreprises ou des professions libérales. On regrette alors qu’elle ne
possède pas de prise réseau. Mais, difficile d’en demander plus au vu de son
prix, qui pourrait même séduire les particuliers.


Pierre FONTAINE
Journaliste