En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

L’Indonésie devient la principale source d’attaques informatiques, devant la Chine

Ensemble, ces deux pays asiatiques sont la source de plus des deux tiers des attaques dans le monde. Parallèlement, on observe une forte croissance des attaques par déni de service.

laisser un avis
Surprise, la Chine n’est plus en tête de la liste des pays sources d’attaques informatiques. Selon le dernier rapport de la société Akamai, c’est l’Indonésie qui occupe désormais cette triste place. Ainsi, au second trimestre 2013, 38 % des attaques informatiques sont venus de cette contrée. La Chine arrive en deuxième position, avec 33 %, suivie loin derrière par les Etats-Unis avec 6,9 % des attaques. Indonésie et Chine représentent, à eux deux, 71 % des attaques.
Sources d\'attaques par pays
© Akamai
Sources d'attaques par pays
Le fait que l’Indonésie est la principale source d’attaques informatiques ne veut pas dire que ce pays abrite également la plupart des hackers qui les ont lancées. En effet, les cybercriminels peuvent avoir déclenché leurs attaques de n’importe où, l’Indonésie ne servant finalement que de « plateforme technique », de catapulte délocalisée. Pourquoi ce pays plus qu’un autre ? Difficile à dire. L’Indonésie est actuellement l’un des pays où le haut débit de développe le plus vite. Cette croissance rapide ouvre peut être opportunités intéressantes aux hackers du monde entier.
Dans son rapport, Akamai note également une forte croissance des attaques par déni de service distribué (DDoS). Au deuxième trimestre, la société en a dénombré 318, ce qui correspond à une augmentation de 54 % par rapport au premier trimestre. Si ce taux de croissance perdure durant les prochains trimestres, Akamai prévoit un fort impact sur l’Internet en général, dans la mesure où ces attaques s’appuient sur des botnets et qu’elles consomment beaucoup de bande passante.
Le secteur le plus touché par les attaques DDoS est celui des grandes entreprises : banques, assurances, services, etc. Les sociétés du commerce de détail sont également en ligne de mire des attaquants.
Attaques DDoS par secteurs ciblés.
Attaques DDoS par secteurs ciblés.
agrandir la photo
Lire aussi:
Comment éviter les attaques DDoS, le 21/08/2013
La Chine accuse des hackers américains d’attaques incessantes, le 01/03/2013
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Comparé à iOS, Android reste toujours un paradis pour les malwares
Scandale Superfish : le site web et la messagerie de Lenovo piratés par Lizard Squad
Ramnit, réseau de 3,2 millions de PC zombies, a été démantelé par Europol
Et si la NSA plaçait des mouchards invisibles sur votre carte SIM ?
Cartes SIM : Gemalto minimise les attaques de la NSA sur son infrastructure
Linux et Mac OS X plus vulnérables que Windows en 2014
PrivDog et Lavasoft, ces logiciels de sécurité... qui créent des failles de sécurité
Google veut mieux nous protéger contre les logiciels malveillants
Localiser un smartphone Android grâce à sa consommation énergétique, c’est possible
Komodia, la pieuvre du pourriciel qui se cache derrière le scandale Lenovo
Des pirates indéboulonnables dans le réseau du gouvernement américain
Le plan démoniaque de la NSA pour déchiffrer toutes les communications mobiles
Les salariés français restent désarmés face aux cybercriminels manipulateurs
Lenovo préinstallait un adware et un certificat de sécurité bidon sur ses PC !
Babar et EvilBunny, les logiciels espions (probablement) « made in France »
Uhuru-AM, l’antivirus français pour Windows et Linux, voit enfin le jour
La NSA est capable de reprogrammer n’importe quel disque dur
Dans Windows 10, fini les mots de passe, place à la biométrie !
Cyberbraquage : comment les pirates ont réussi à voler un milliard de dollars
Sécurité : Google rallonge (un peu) le délai avant de révéler une faille critique