En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Barack Obama peut lancer des cyber-attaques préventives

Un rapport secret confirme ce que l’opération Stuxnet laissait imaginer : les Etats-Unis se donnent le droit de diffuser des codes destructeurs en cas de menaces avérées contre le pays.

laisser un avis
Un pays a-t-il le droit de diffuser un code destructeur dans un autre pays, même si les deux ne sont pas en guerre ? Barack Obama, en tous les cas, en a le pouvoir légitime. Un rapport secret cité par le New York Times affirme que le président des Etats-Unis peut lancer des cyber-attaques préventives en cas de menaces venant de l'étranger fondées sur des preuves solides.

En cas de légitime défense

La Maison Blanche n'a pas confirmé les détails de ce rapport, mais un responsable a indiqué que Barack Obama avait érigé des principes pour conduire des attaques de ce type en conformité avec la Constitution américaine et les lois internationales. « Les Etats-Unis agiront conformément à leur droit intrinsèque à la légitime défense dans le cyber-espace, comme le reconnaît le droit international, pour prévenir toute perte en vie imminente ou dommage significatif », a souligné le responsable.
Les cyber-armes sont considérées comme tellement puissantes par les auteurs du document qu'elles ne peuvent qu'être activées au plus haut niveau du gouvernement, raconte le quotidien, citant des sources anonymes. Cette décision intervient à un moment où l'administration américaine se prépare à établir pour la première fois des règles concernant l'armée et les services de renseignement dans les cas de cyber-attaques majeures. Et les règles dans ce domaine, tout comme celles qui gouvernent les attaques de drones, sont largement maintenues secrètes. Mais signe de leur nouvelle importance, elles constituent un des rares postes en hausse dans le budget du ministère de la Défense.

4 900 cyber-guerriers

Le programme qui leur est consacré au Pentagone (dit "Cyber Command"), qui fait travailler 900 personnes actuellement, doit voir ses effectifs grimper à 4.900 militaires et civils, selon le Washington Post. Selon les informations officielles, Barack Obama a donné une seule fois son feu vert à une série de cyber-attaques, orientées contre l'Iran et ses centrales d'enrichissement d'uranium, au travers du ver Stuxnet. Une opération répondant au nom de code « Jeux olympiques » et déjà entamée par les services secrets sous George W. Bush. « Les attaques contre l'Iran ont montré que les infrastructures d'un pays peuvent être détruites sans être bombardées ou sans envoyer de saboteurs », écrit le New York Times.

Source:

L'article du New York Times

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'enquête du FBI sur les fuites autour de Stuxnet menace libertés et transparence
L'Iran dément avoir dû déjouer une nouvelle cyberattaque
Le virus Stuxnet a inspiré le scénario du dernier James Bond
Le pétrolier Chevron, victime collatérale de Stuxnet en 2010
Kaspersky prépare un OS hypersécurisé pour sites industriels
Un guide qui sensibilise aux risques liés aux systèmes industriels
Cyberguerre : Kasperksy établit le lien entre Stuxnet et Flame
Cyberguerre : Kasperksy établit le lien entre Stuxnet et Flame
Stuxnet : un ver créé par les Etats-Unis et Israël
Flame, la plus sophistiquée des cyberarmes
"Stuxnet ? C’est moi qui l’ai fait !"
Les Etats-Unis se cachent-ils derrière le virus Stuxnet ?
Faire planter un réseau mobile national, c'est simple comme un coup de fil
Une plate-forme Web pour dénoncer les apprentis terroristes
Sécurité : les attaques par déni de service distribué explosent
Enregistrement : la tentative de phishing Microsoft finit en insultes
NETmundial : vers un ONU de l'Internet ?
Cybermenaces : un "choc systémique" comparable à la crise financière de 2008
Les pirates informatiques deviennent de plus en plus rapides