En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Test d'Assassin’s Creed 3 : mon Assassin d’Amérique

Pour le cinquième volet de sa licence, Ubisoft offre un des épisodes les plus aboutis et riches. Après un Révélation un peu mou et déstabilisant, Rise remet les pendules à l’heure.

laisser un avis
Desmond Miles est toujours le descendant contemporain d’une grande lignée d’Assassins, une caste qui lutte depuis la nuit des temps contre les Templiers. Grâce à une machine nommée Animus, il parcourt la mémoire de ses ancêtres et revit – vous avec – leurs aventures et leur lutte intemporelle contre les (méchants) Templiers.
Il tente – vous avec, toujours – d’éviter la fin du monde, prévue pour le 21 décembre 2012. La faute aux Templiers ! Le tout via des phases de plateformes un brin simplistes. Il essaie par ailleurs de répondre – vous avec, on l'espère – aux questions qui se posent. Pourquoi les Assassins ont-ils perdu de leur superbe ? Comment Justin Bieber arrive-t-il à occuper la tête des ventes ? Bref, des questions existentielles.

Born to be wild

Et pour un début de réponse, c’est un nouveau héros qui s’y colle : Connor. Jeune métisse peau rouge, fils d’un grand maître de l’Ordre des Templiers et d’une chef indienne, il cherche vengeance. Sa mère a péri dans un incendie causé par l’un des seconds couteaux de… son père. Plusieurs fois pendant l’aventure (20 à 25 heures de jeu pour la quête principale), père et fils se croisent, s’aident parfois. On devine toutefois que la relation père-fils est partie sur de mauvaise base et que l’affrontement final sera inéluctable.
Après avoir incarné Altaïr au temps des Croisades et Ezio, au cours de trois épisodes et de la Renaissance italienne, un bond dans le temps s’impose. Bienvenue à la fin du XVIIIe siècle, en Amérique du Nord, à l’heure de la guerre d’indépendance qui aboutira à la naissance des Etats-Unis. Vous découvrez Boston, New York et la Frontière, des lieux immenses où vous traquerez des grands pontes de l’Ordre des Templiers et leurs sous-fifres.

Gameplay enrichi

Le changement d’environnement, bien moins urbain et plus champêtre, implique quelques aménagements dans le gameplay, Connor, plus souple et félin, saute de branche en branche, chasse et bénéficie d’un arsenal renouvelé, arc, tomahawk et dague à corde toujours à portée de main. Ce qui ne suffira pas toujours à repousser les assauts de vos ennemis.
L’intelligence artificielle est bien plus vicieuse qu’auparavant. Les ennemis n’ont plus aucun scrupule à vous attaquer en grand nombre, tous en même temps, au corps à corps ou en vous tirant dessus depuis les toits alors que vous êtes en pleine passe d’arme dans la rue.
Heureusement, on retrouve certains mécanismes de BrotherHood ou Revelation. On peut ainsi faire appel à l’aide d’apprentis assassins qu’on aura recrutés pendant les nombreuses missions secondaires. En bon maître, il vous faudra évidemment les former et développer leurs compétences, notamment en les envoyant en mission commandée.

Assassin’s Creed se jette à l’eau

Comme dans tous les Assassin’s Creed, vous devrez également collecter tout un tas d’objets pour débloquer des bonus. Des plumes, des pages d’Almanach de Benjamin Franklin (que vous rencontrez), des parties de chasses en forêt ou encore prendre d’assaut des forteresses remplies de soldats anglais afin de libérer des quartiers ou des régions de la carte du joug des Templiers, votre emploi du temps se remplit très vite.
D’autant que vous pouvez vous lancer dans la navigation et les combats navals. Rapidement, vous possédez votre navire et devez naviguer au large de la côte Est, le tricorne enfoncé sur la tête et le sabre d’abordage à la ceinture. Il faut gérer la voilure en fonction du vent, et utiliser toute votre artillerie afin de couler des navires anglais.
C’est sans doute l’un des aspects du jeu qui nous a le plus séduit. Tirer des bordées de boulets de canon et de mitrailles, éperonner les navires ennemis et entendre le bateau grincé ou votre équipage vous acclamer lorsque vous envoyez plusieurs navires par le fond est véritablement jouissif. Il est bien sûr possible d’améliorer votre navire pour être plus efficace et résistant en mer. Enfin, certaines missions maritimes ou lieux ne sont accessibles qu’à la condition de ramener des objets disséminés dans les villes et régions sauvages à un vieux loup de mer. Voilà de quoi vous occuper pendant quelques heures de plus.
Connor court, bondit et aime les grands espaces
Connor court, bondit et aime les grands espaces

Assassin’s Greed

Si dans les opus précédents, vous retapiez des commerces et des monuments pour gagner de l’argent facilement, dans les Etats-Unis naissants, il faut trimer. Heureusement votre maître Assassin vous a laissé de quoi commencer dans la vie. Vous possédez donc un domaine, sur lequel vous allez devoir faire venir des personnages afin de développer des activités commerciales. Et vous allez devoir y consacrer pas mal de temps. Vous rencontrerez vos artisans, fermiers, aubergistes ou encore prêtres au cours de vos péripéties. Moyennant quelques services rendus, ces forces vives viendront vivre sur vos terres. Plusieurs fois au cours de la partie, vous devez les seconder ou leur trouver des denrées (ou encore les marier) pour qu’ils gagnent en niveau et en savoir-faire.
Ainsi, vous êtes rapidement en mesure de monter des convois marchands, qu’il faudra défendre occasionnellement, en un temps imparti, sous peine de perdre votre cargaison et donc vos profits. Si vous réussissez, vous pourrez proposer des produits aux commerçants de Boston ou New York. Evidemment, en bon entrepreneur, il faudra gérer vos stocks, trouver de nouvelles recettes à confectionner et, surtout, faire un maximum de profits qui vous permettent de vous équiper ou de confectionner des armes pour votre arsenal.

Variété et défauts

De la variété donc, des heures de jeu passionnantes en perspective, avec une offre foisonnante qui vous fait perdre de vue la quête initiale, mais peu importe. Un grand cru donc, pour autant pas exempt de défauts, pour la plupart techniques.
Si le travail sur les textures, les animations, la nature et les personnages est indéniable, il subsiste de nombreux bugs d’affichage et de collisions. Certains personnages cruciaux disparaissent subitement de l’écran alors qu’ils apparaissent clairement sur la carte. Si l’on apprécie de pouvoir aller rapidement d’un point à un autre de la carte grâce au système de voyage rapide, on aurait aimé que les voyages à cheval ne souffrent pas de bugs agaçants. Ainsi, votre plus belle conquête saute des barrières sans le moindre souci, mais une petite margelle de roche lui pose des problèmes existentiels. La course à pied reste en définitive la plus efficace, surtout quand on voit Connor s’élancer d’une pression de la gâchette à l’assaut d’un arbre et de ses branches, d’où il saute et ressaute. C’est là qu’on réalise qu’on ne pouvait pas le faire avant et que c’est dommage.
Globalement, Assassin’s Creed III est un très bon volet de la série. Vivement la fin d’année 2013, pour la suite…

Assassin's Creed III

agrandir la photo

Editeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft
Plateformes : PC (à venir), Xbox 360, PS3 et Wii U (à venir)
Prix : à partir de 50 euros

Testé sur Xbox 360

Pour
- Le nouvel univers
- Le nouveau personnage encore plus félin
- Les combats
- Le côté gestion
- La richesse des activités

Contre
- Des bugs d'affichages ou de collisions

Note 4/5

envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
GTA V sortira le 18 novembre sur Xbox One et PS4 et le 27 janvier sur PC
Heroes of the Storm, on a joué à l’alpha du MOBA tout public de Blizzard
Destiny sur Xbox ou PlayStation, le FPS hybride qu’il faut essayer d’urgence !
TEST Hearthstone, la malédiction de Naxxramas, une aventure mortellement payante
TEST Lemmings Touch, mettez un Lemming dans vos valises, et attention au tactile !
Les ventes de la Xbox One auraient doublé en juin, mais demeurent loin de la PS4
Hearthstone : Curse of Naxxramas, Blizzard détaille les prix… de son Free to Play
TEST : Soldats Inconnus, la grande guerre a un grand jeu débordant d'humanité
Shield 2 : la nouvelle tablette pour gamer de Nvidia pourrait débarquer bientôt
Caricaturée dans GTA V, Lindsay Lohan attaque Rockstar en justice
Escape Dead Island: le trailer du jeu qui revient sur les origines des zombies
Les 10 jeux mobiles à avoir absolument pour passer un bon été
Power! #31 spécial E3 : visite des stands comme si vous y étiez
Nintendo perd un procès contre Philips pour des brevets sur la Wiimote
Uncharted 4, le trailer de l’E3 2014 en version française
TEST Mario Kart 8, des courses endiablées aussi belles que fun !
L’université de Chicago offre désormais une bourse pour les futurs pro de l'eSport
Dead Rising et ses zombies se feront bientôt un film
E3 2014 : Borderlands The Pre-Sequel, on ne change rien, on améliore tout…
E3 2014 : SteamBoy, la Steam Machine portable presque trop belle pour être vraie