En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Business

Après s'en être réjoui, Arnaud Montebourg déplore l’arrivée de Free Mobile

Dans un entretien à L'Usine nouvelle, le ministre du Redressement productif estime que Huaweï et ZTE ont été favorisés par rapport à Alcatel et que Free Mobile a causé un désastre social.

laisser un avis
La Une du Parisien
Pour Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, le gouvernement de François Fillon a laissé derrière lui « un champ de ruine », notamment en matière de technologie de l’information et de téléphonie.
Dans un entretien accordé à L'Usine Nouvelle, sans pull rayé, pour présenter le crédit d’impôt compétitivité, le ministre a pris deux exemples pour étayer ses arguments sur la perte de vitesse de l’industrie française. L’un concerne les systèmes de télécommunication en Europe, l’autre touche plus particulièrement l’arrivée en France de Free Mobile comme quatrième opérateur.
Sans hésiter, il attaque : « Tout a été laissé à l’abandon. » Il justifie cette estocade en précisant que les opérateurs en place ont mis « Alcatel dans une situation de grande difficulté pour mettre en selle Huaweï et ZTE dans les systèmes de télécommunications européens. »

« Nos prédécesseurs ont laissé un capharnaüm. »

Sans affirmer que Free est directement responsable des difficultés d’Alcatel, il n’hésite pas à affirmer qu’elle n’est pas pour rien dans la situation délicate de SFR, Bouygues et Orange. Et l’arme du crime porte un nom pas vraiment « Made in France » : c’est le low cost. « La course au low cost avec l’arrivée de Free Mobile a eu des conséquences sur les opérateurs, sur la sous-traitance, sur les fournisseurs. Et la situation d’Alcatel s’est aggravée : -40 % en un an en France. On ne peut le nier. Dans la téléphonie, nos prédécesseurs nous ont laissé un capharnaüm. »
Mais le quatrième opérateur a surtout apporté « des destructions d’emplois dans la sous-traitance, la précarisation des travailleurs chez Free, les délocalisations accélérées dans les centres d’appels, l’aggravation des difficultés d’Alcatel. » Il dédouane toutefois Xavier Niel qui ne doit pas porter la responsabilité « des choix de François Fillon ».

Les Français sont-ils prêts à payer plus cher ?

Ardent défenseur de Free, de sa stratégie et de ses services, le site UniversFreebox est venu à la rescousse de l’entreprise : « On croirait entendre mot pour mot les propos de Martin Bouygues. »
Le site communautaire estime surtout que l’accusation est « étonnante puisque […] Free Mobile est le seul opérateur à ne pas avoir choisi d’équipementier chinois et à s’équiper chez l’Européen Nokia Siemens Networks […]. Free Mobile a même choisi Alcatel-Lucent pour une partie de son réseau. Par ailleurs, les autres opérateurs font appel aux équipementiers chinois depuis plusieurs années, bien avant l’arrivée de Free Mobile. »
Sur les plans sociaux, le ministre a peut-être tiré trop vite car cette affirmation reste à démontrer. Lors d'une enquête réalisée en juillet dernier par notre confrère et partenaire Micro-Hebdo (n°741 du 12-25 juillet 2012), l'Arcep atténue la responsabilité de Free dans les plans sociaux de SFR et Bougues. De plus, selon Bernard Allain, secrétaire fédéral national de Force ouvrière (branche télécoms), « la tendance des réduction d'effectifs et à la délocalisation des centres d'appels est bien antérieure à l'arrivée de Free Mobile ».
Enfin, pour le ministre, les « Français sont, sur certains produits, prêts à payer plus cher. » Parle-t-il vraiment des forfaits mobiles ? Parce que sur ce point, le doute est plus que permis. D’autant qu’en début d'année, Arnaud Montebourg avait accueilli Free Mobile sans réserve avec un tweet dans lequel il affirmait que : « Xavier Niel vient de faire avec son nouveau forfait plus pour le pouvoir d’achat des Français que Nicolas Sarkozy en cinq ans. » Faut-il en déduire que le pouvoir d'achat n'est plus compatible avec la compétitivité des entreprises françaises ?
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Pourquoi Montebourg veut-il stopper la guerre des prix dans le mobile ?
Arnaud Montebourg a-t-il besoin d’un Secrétaire d’Etat au numérique ?
SFR : les syndicats exigent des repreneurs qu’ils s’engagent sur l’emploi
JTECH 172 : MWC 2014, Olivier Roussat, l’iWatch, le salon ISE
Bouygues Telecom explique son accord avec SFR et son offre low cost
Le Loiret lance avec SFR le câblage très haut débit du département
Mobile: SFR généralise la 4G sur ses forfaits Formule Carrée
SFR confie à HP le pilotage du projet d'un futur datacenter francilien
Ultym 4 : le téléphone 4G de Bouygues
Mobile: Bouygues Telecom et SFR finalisent le partage de leur réseau
A.Montebourg: "L'Etat exigera des contreparties à l'octroi de fréquences"
Montebourg salue la réduction des postes supprimés par Alcatel-Lucent
Bouygues Construction participe au réseau fibre optique de l'Oise
Jean-Claude Mailly (FO) : «Free fait du dumping en France»
TOP 01Business des 10 personnalités numériques 2013
Bouygues Construction organise un hackathon pour réinventer le logement
Forfait 2 euros et 4G : Free permet de désactiver l'Internet mobile
LeWeb 13 : Arnaud Montebourg tient tête aux investisseurs de la Silicon Valley
En incluant la 4G, Free "rentabilise" son forfait à 2 euros