En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Me.ga : Kim Dotcom, victime d’un happening hacktistique [MàJ]

Le gouvernement gabonais a coupé le site www.me.ga, pour « protéger les droits de la propriété intellectuelle » . Kim Dotcom voit derrière cet acte l’ombre des Etats-Unis.

laisser un avis

Me.ga : Kim Dotcom, victime d’un happening hacktistique

agrandir la photo

Comme le rapportait le site Torrentfreak, le site me.ga aurait, pendant plusieurs heures avant de n’être plus joignable, été « détourné », piraté par un groupe de hackers. Il pointait ainsi vers un groupe de hackers-artistes, des « hartistes » ou « hacktistes », qui s’appelle Omega. Leur site utilise d’ailleurs lui aussi un domaine gabonais ome.ga.

Sur leur compte Twitter, tout récemment créé, entre deux citations de philosophe allemand ou de penseur américain, ces « onymous » interpellent le fondateur de Megaupload : « @KimDotcom est en train de se demander… mais qu’est-ce qui se passe ? C’est la lente disparition du rêve me.ga/lo/maniaque. », raillent-ils. Et un peu plus loin : « A nos amis gabonais, n’ayez crainte, me.ga est en de bonnes mains, le megaman @KimDotcom ne contrôle plus le domaine me.ga. Nous si. »
Ou encore, une dizaine de minutes plus tard : « @KimDotcom nous a offert 1% de Megabox en échange de me.ga, c’est 1% de rien en échange du tout puissant Me ! »

Dans l’attente de pouvoir les interviewer, nous citons leur propos, confiés à TorrentFreak, qui en disent long sur leur inimitié pour le fondateur de Megaupload : « Kim Dotcom se sert de nous tous, c’est un mégalomaniaque avec des avocats, là pour nous abuser nous, les “personnes”, les artistes dont il veut profiter. »

Un de leur dernier tweet déclare : « MEGA est fier d’être une révolution en devenir, OMEGA est une insurrection (in the) happening » qu’on pourrait traduire en ne tenant pas compte des mots entre parenthèses par une « insurrection qui arrive » ou en retenant la parenthèse, « une insurrection par le happening ». Kim Dotcom et sa « révolution » se seraient pris les pieds dans une forme d’art teinté d’hackitivisme ? Ou alors tout cela n’est-il qu’un happening éphémère ? A suivre.

P.F.

Le Gabon retire le domaine Me.ga à Kim Dotcom

agrandir la photo
Première publication mercredi 7 novembre à 18h27.

Premier revers dans le come-back de Kim Dotcom. Il y a une semaine, le créateur de Megaupload a annoncé en fanfare la création d’un service de partage de fichier sous l’adresse www.Me.ga. Mais  voilà que, selon l’AFP, le gouvernement gabonais – qui gère le suffixe internet .GA – a décidé de suspendre ce nom de domaine. Depuis, la page n’est plus accessible.
Raisons invoquées par le ministre de la communication Blaise Louembe : la protection des droits de propriété intellectuelle et la lutte contre le cybercrime. « Le Gabon ne peut pas servir comme base ou comme écran pour des actes dont le but est la violation de copyright », explique-t-il.  Selon lui, le nom de domaine était loué par une personne en France qui, ensuite, le rendait disponible à Kim Dotcom.

Pétrole contre Kim Dotcom

Mais ce dernier ne se montre guère impressionné. « Pas de panique. Nous avons un domaine alternatif », explique-t-il sur Twitter. D’ailleurs, il soupçonne derrière tout ça la main des Etats-Unis, qui, selon lui, est le principal pays acheteur de pétrole gabonais. « Cela prouve que le gouvernement US a commencé une chasse aux sorcière de mauvaise foi », souligne le hacker.  Il est vrai que l’interdiction gabonaise est pour le moins prématurée, dans la mesure où le service n’est même pas encore actif.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Zapping Techno 1/10 : retour sur Janvier 2013
Phone Apps #29 : Waze, Moovit, Mega, DarkLings, DrumPad24 et eDJing
Kim Dotcom précise son programme politique et mise sur le tout numérique
Mega revendique quatre millions d'utilisateurs
Kim Dotcom crée un fonds d’investissements pour défendre la vie privée en ligne
Pour Kim Dotcom, pendant le séisme PRISM, le buzz continue
Mega consomme plus de bande passante que toute la Nouvelle Zélande
Kim Dotcom, accueilli par la Nouvelle Zélande pour mieux être arrêté et extradé ?
Megabox, l’iTunes-killer de Kim Dotcom, sera lancé d’ici six mois
Les nouvelles technologies ont changé nos vies
Le slow motion de l’iPhone 6, enivrant !
01net evening : toute l'actu tech du 19 septembre
A l’Apple Store Opéra, une foule bigarrée a patienté des heures pour l’iPhone 6
Quand Microsoft se moque du prix élevé des iPhone
iPhone 6 : aussitôt ouvert, aussitôt par terre !
Pourquoi nous achèterons et n'achèterons pas l'iPhone 6
01net evening : toute l'actu tech du 18 septembre
Pour Peter Thiel, Twitter est mal géré parce qu’on y fume trop de pétards
Vidéo : les fonctions qui feraient (vraiment) de l'iPhone 6 un meilleur téléphone
Google Y : Larry Page aurait créé un laboratoire secret pour aider l’humanité