En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Plaintes contre Copwatch, le site qui surveille la police [MAJ]

Après avoir déposé une plainte contre ce site qu'il accuse de diffamation envers les policiers, le ministère de l’Intérieur demande maintenant à la justice de le faire bloquer.

laisser un avis

Mise à jour le 7 octobre 2011

La pression sur le site Copwatch vient de monter d’un cran. Selon l’AFP, le syndicat de policiers Alliance et le ministère de l’Intérieur ont déposé un référé pour demander à la justice d’ordonner le blocage en urgence de ce site qu'ils accusent de propos diffamatoires et injurieux. Le tribunal de grande instance de Paris devrait se prononcer le 12 octobre prochain. Si le juge reconnaît la nécessité de bloquer Copwatch, la tâche devrait en incomber aux fournisseurs d’accès à Internet. L’affaire sera ensuite jugée au fond.

Pour justifier cette procédure d’urgence, le ministère de l’Intérieur devrait s’appuyer sur le témoignage récent d’un fonctionnaire de police qui a reçu une cartouche de chasse dans sa boîte aux lettres. L’homme a porté plainte contre Copwatch, qui l’aurait fiché et aurait publié sa photo.

Première publication le 30 septembre 2011
Le ministère de l'Intérieur accuse de diffamation le site Copwatch qui publie des photos de policiers assorties de commentaires peu flatteurs.
Depuis quelques semaines, Copwatch est parti en guerre contre les violences policières. Animé par un collectif d’anonymes et hébergé aux Etats-Unis, ce site publie des photos de policiers et de gendarmes qu’il soupçonne d’avoir un comportement illicite, en communiquant parfois leur nom et en les accompagnant de commentaires qui pourraient être jugés diffamants.
Le système s'inspire des « Copwatch » nés aux Etats-Unis dans les années 1990 pour dénoncer les violences policières pendant les émeutes touchant certaines villes américaines.
Copwtach dénonce les violences policières, parfois avec outrance.
agrandir la photo
L'objectif est légitime, mais le ton souvent outrancier de cette déclinaison française laisse perplexe. « Nous considérons ces institutions [la police et la gendarmerie, NDLR] comme la fosse commune de l'humanité, le charnier de l'évolution, la mise à mort quotidienne de la déontologie et de l'éthique » écrivent les créateurs du site.
Sans surprise, Copwatch s’est attiré les foudres du syndicat de policiers Alliance, qui dénonce le fichage illégal et les dénonciations calomnieuses de ce « site antiflics ». Des dizaines de policiers auraient déjà déposé plainte, annonce le syndicat.

Des photos qui ne sont pas illégales

Mercredi 28 septembre 2011, le ministère de l’Intérieur annonçait qu’il allait à son tour déposer deux plaintes en diffamation. « Ces commentaires portent gravement atteinte à l'honneur ainsi qu'à la réputation de fonctionnaires de police et de militaires de la gendarmerie », a justifié le ministère, selon des propos rapportés par l’AFP.
De son côté, Copwatch rappelle que le fait de filmer ou photographier des forces de l’ordre en mission dans un lieu public n’est pas interdit en soi. Il estime que la publication de ces clichés « permettra à chacun […] d'identifier en cas de violence, d'humiliation, de mutilations et d'insultes, ces policiers, qui, protégés par loi se permettent des excès quotidiens de par leur fonction […] ».
Reste les commentaires diffamants. Là encore, Copwatch se défend de laxisme et indique en ligne que les « informations qui nous seront communiquées seront vérifiées scrupuleusement et confrontées à d’autres témoignages si nécessaire avant d’être diffusées ». Ce sera bientôt à la justice d’en juger.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
Concurrence : Google publie l’intégralité de ses engagements vis-à-vis de l’Europe
Affaire Dieudonné, Fleur Pellerin rappelle que le racisme en ligne est condamnable
La géolocalisation de mobile par la police sera encadrée par la loi en 2014
Allemagne : le syndicat IG Metall veut la fin des e-mails après le travail
Un voleur d’iPhone prend la peine de restituer les contacts dérobés… sur papier
Une recherche sur Google a entraîné une descente de police
Une association de défense des libertés porte plainte contre la surveillance américaine
A San Francisco, des policiers se font passer pour des voleurs d'iPhone
Vandalisme : un millier de foyers coupés d'Internet dans les Yvelines
L’Epitech crée une application mobile d’alerte aux cambriolages
A New York, une appli Android va aider la police à combattre le crime
La vidéo-verbalisation à distance expérimentée à Paris
La pré-plainte en ligne est désormais accessible partout en France
Après la journée sans Facebook, voici la journée sans connexion
La police sort un guide anti-bévue sur les réseaux sociaux pour ses agents
Anonymous : une pétition pour que les attaques en DDoS deviennent légales
Instagram partagera vos données avec Facebook dès janvier prochain
Près de 9 internautes sur 10 surfent tous les jours
Un think tank pour prévenir la révolte des robots