En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.FERMER  x
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Actualité informatique
Test comparatif matériel informatique
Jeux vidéo
Astuces informatique
Vidéo
Télécharger
Services en ligne
Forum informatique
01Business
Applis, logiciels
Produits
Télécoms
Sécurité
Culture, médias
Politique, droits
Technos
Buzz, société
Jeux
Science, recherche

Le W3C souffle ses dix bougies

Le consortium a fêté à Boston ses dix années d'existence. L'occasion de faire le point sur une décennie d'activité.

laisser un avis
En mars 1989, Tim Berners-Lee alors employé au Cern (Centre européen pour la recherche nucléaire) écrit une note qui révolutionna Internet. Il y pose les fondements d'un système de communication basé sur des liens hypertextes. Ce qui devait devenir officiellement en 1990, le World Wide Web.
Quatre ans plus tard, Tim Berners-Lee et Michael Leonidas Dertouzos, alors professeur au MIT, fondent le W3C. Ce consortium a pour objectif la rédaction de recommandations afin d'éviter la multiplication de protocoles et de standards.
Le 30 novembre dernier, le W3C a ainsi fêté son dixième anniversaire. Les membres du consortium se sont réunis à Boston mercredi 1er décembre pour célébrer l'événement. L'occasion de faire le point sur la décennie d'activités de ce groupement qui compte aujourd'hui plus de 350 membres, principalement des industriels (Apple, Adobe, Nokia, Microsoft, Sony etc).

80 recommandations en dix ans

A ses débuts, les champs d'application du W3C étaient limités. Le consortium se bornait à définir des normes de présentation du HTML (Hypertext markup Language). En février 1998, sous l'impulsion de Microsoft, le W3C a défini un nouveau standard dynamique le XML (eXtensible mark-up language).
A l'inverse du HTML, XML est un métalangage. Il ne définit pas individuellement des balises (qui indiquent, par exemple, où commence et où s'arrête le texte d'un paragraphe), mais indique au développeur comment les définir. Les possibilités sont illimitées. Avec ce dernier langage, de nouveaux formats graphiques font leur apparition tel SVG (Scalable Vector Graphics). Il permet la description d'images 2D vectorielles dans des pages Web.
En dix ans d'activité, le W3C a publié pas moins de 80 recommandations. En mars dernier, le consortium a posé les briques de VoiceXML 2.0. Grâce à ce standard il sera possible de naviguer sur Internet uniquement par la voix.
Le Web mobile est sans doute le prochain gros chantier du consortium qui prévoit de créer prochainement un groupe de travail sur le sujet. On se prend à rêver davoir accès aussi facilement aux informations présentes sur Internet via son téléphone portable que depuis son ordinateur.
envoyer
par mail
imprimer
l'article
@01net sur
à lire aussi
SUR LES MÊMES THÈMES
L'enquête du FBI sur les fuites autour de Stuxnet menace libertés et transparence
Plaidoyer pour un renouveau du numérique en France
Un Mondial en demi-teinte
Audi MMI GPS Advanced : le top des systèmes de navigation embarqués
Clarion NX302E : un pack multimédia complet et abordable
Mercedes Comand Online : l’étoile revient dans la course
Volkswagen maps+more : GPS amovible et coach d’écoconduite
Citroën eMyWay / Peugeot WipNav
Renault Carminat TomTom Live : Renault Carminat TomTom Live le meilleur système d’informations trafic
Ford GPS Le multimédia pour tous
Le salon de tous les paradoxes
Dacia, la star du Mondial ?
Les caméras GoPro se mettent à la 3D
L’application d'alerte aux flashs d'Inforad débarque sur iPhone
Les utilisateurs d’avertisseurs de radars n’ont pas grand-chose à craindre
La technologie se démocratise
Au Mondial, le luxe fait toujours recette
Les électriques et les hybrides font enfin rêver
L’interface multimédia d’Audi accède désormais à Facebook
Nvidia présente les tableaux de bords du futur