En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La livraison gratuite de livres de nouveau condamnée par la justice

La livraison gratuite de livres de nouveau condamnée par la justice
 

Poursuivi en justice par le Syndicat de la librairie française, Amazon France a été condamné à cesser cette pratique et à payer 100 000 euros de dommages et intérêts.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

76 opinions
  • fe6egp
    fe6egp     

    Le pouvoir d'achat est un des soucis de notre Président ; nos petits budgets ont du mal à donner la priorité au logement et au casse-croute, quant à la culture, dernière roue de la charette, si on peut en diminuer le coût avec la gratuité du port, tant mieux, Parisiens ne soyons pas égoïstes, la FNAC, les GIBERT respectent la loi Lang (-5%, un ticket de métro remplace le port, en province il faut faire parfois 30 km avec de l'or "noir" dans le réservoir, pensons à eux........

  • totof44
    totof44     

    Vous pouvez continuer votre combat d'arriere garde, l'edition papier de papy est bel et bien en train de laisser la place au tout electronique, achetons les livres sur support electronique et la vous ne pourrez plus demander a faire payer ni la livraison, ni le support, vous etes foutus, et c'est tant mieux quand on voit comment vous reagissez face aux nouvelles technologies

  • Enginersound
    Enginersound     

    Pour mémoire en 1995...un audit fut commandé par l'état sur le devenir d'internet, la réponse fût en résumé,...internet, tsskk UN GADGET !! ....(à l'époque le minitel était la bête de la technologie) les élites français toujours à la pointe..mdr

  • aramis24
    aramis24     

    Vive la concurrence déloyale car maintenant qu'Amazon, FNAC? vont devoir faire payer les frais de port, les prix de ces vendeurs vont devoir êtres revu a la hausse (prix éditeur-5% + port) alors que les libraires (prix éditeurs-5%) et là je vois une concurrence déloyale, mais peut être que cette état de fait pourrai des idées aux premiers :
    Organiser des petits magasins ou dépôts (qui existent peut être déjà voir les relais-colis dans les bureaux de tabac, mercerie et même marchand de journaux) dans les villes moyennes ayant en rayon que des produits courants, best seller (pour les livres, CD, DVD), consommables (pour l'informatique ou autre) développement photo?
    Avec possibilité de passer commande par téléphone, internet? et livraison dans le magasin ou dépôt en 24-48h sans frais. Et là je pense que cela ne peut être considéré comme vente à prime car la commande se pratique déjà chez les libraires.
    Et si cela arrive la SLF l'aura bien cherché car comme on dit a force de chercher la m?. on la trouve.
    Mais pour revenir à ce jugement j'aimerai connaitre l'avis des éditeurs ? (ils sont bien silencieux) Mais bien sûr entre les libraires et les vendeurs internet leurs situation est délicate car ce sont eux les grands perdants car les vendeurs internet vont moins vendre (surement) et comme les ventes ne vont surement pas se reporter chez les libraires mais chez les Hyper pour tout les livres courants, mais pas toutes les ventes car les livres non courants serons plus chers (avec le port) les ventes diminuerons. Et comme la lecture appelle la lecture (tout au moins dans mon cas car depuis que je n'ai plus peur d'acheter par internet je pense avoir multiplié le nombre de livres achetés par 5 ou 6 et oui la lecture appelle la lecture)
    D'ailleurs quelque chose que je n'avais pas encore bien remarqué : il y a pas mal d'années j'achetai de la musique vinyle puis des CD (le progrès) puis quand je me suis aperçu que les Cd étaient plus chers que les films VHS et DVD (le progrès) j'ai passé une partie de mon budget loisir sur les films (moins cher il suffi de diviser le temps d'un film ou album par le nombre de minutes et il n'y a pas photo) et après les films c'était les livres que je dévore depuis quelques mois mais après cette décision de justice je pense repartir vers les films (ou autre chose ?)

  • Pascal.75
    Pascal.75     

    En 1996/1997, la mouvance SLF/Livres Hebdo se moquait ouvertement des sites de vente de livres sur Internet, en particulier de alapage.com et de amazon.fr
    Dans les articles de Livres Hebdo, on parlait à l'époque avec dérision de ce qu'ils appelaient les "webrairies".
    10 ans après, les rires ont disparu !
    Le SLF est complètement passé à côté d'Internet.
    Les sites comme alapage.com et amazon.fr rendent un fier services aux éditeurs, pour 2 raisons :
    - en proposant l'intégralité de leur catalogue disponible.
    - sur ces sites, les internautes commandent en majorité les livres du fond de catalogue.
    En France, il est plus facile de râler et de critiquer, que de proposer des services innovants...

  • Holden
    Holden     

    Il y a de nombreux livres que je n'aurais pas achetés sans les frais de ports gratuits. Notamment ceux qui ne sont pas assez rentables pour les libraires (coût du stockage et nombre de ventes). Et pour Noël, j'ai pu offrir à de la famille éloignée géographiquement des livres qui leur seront livrés directement.
    Je trouve ce combat contre productif et j'en perçoit mal les enjeux. S'il y avait un petit libraire près de chez moi, j'irais le voir pour "discuter" en plus d'acheter. Si c'est pour aller à la Fnac (ou autre grande durface qui vend des livres) sans même être sûr d'obtenir ce que je veux, non merci.

  • calendar
    calendar     

    Moi si je veux acheter un bouquin qui sort de l’ordinaire ou bien je fais 25 bornes et la même chose pour le retour ou bien je commande et le facteur qui passe de toute manière me l’apporte, donc quand on parle pollution je pense que la deuxième est la meilleure.
    Le SLF est si je comprend bien est un syndicat qui s’accroche a des privilèges donnés pas J. Lang je crois pour sauvegarder la ‘culture’ mais j’ai du mal à comprendre la différence de culture entre une BD, un livre porno qui sont protégés et un DVD ou CD ou même un vinyle (pour les nostalgiques) qui eux ne sont pas protégés ?
    Pour ce jugement je ne comprends pas non plus : un livre qu’on achète 10€ chez un libraire et 10 € (10€=prix éditeur-5% maxides deux cotés) chez Amazon ou a la FNAC pour moi ne bénéficie d’aucune remise ni rabais, 10€-10€=0€ mais enfin je suis un peu âgé et surement que les Math modernes trouvent un autre résultat comme le juge d’ailleurs. Un petit mot sur la modification de la carte judiciaire car comme beaucoup je ne sais pas trop ce que c’est a part fermer des tribunaux de proximités et j’étais plutôt contre (mais modérément quand même car pas trop concerné) mais maintenant que je vois comme la justice est rendue contre la majorité je deviens un partisan de la réforme (mais modérément quand même)
    Pour revenir au SLF, je ne pense pas que ce soit une bonne chose de faire trop parler de lui en ces périodes ou on parle de pouvoir d’achat car ça pourrai bien donner quelques idées a notre président (bien sûr ça ne fait pas grand-chose dans le panier de la ménagère mais les petits ruisseaux ….)

  • Tugduald
    Tugduald     

    On comprend que le TGI de Versailles ait suivi la lettre de la loi (vente à prime interdite). Mais offrir la livraison (à partir de 20 euros d'achat chez Amazon) constitue-t-il une "prime" suffisante pour porter concrètement tort au libraire (qui ne vous paye pas votre ticket de tram ou de parking pour venir le voir, certes) ? Personnellement, je vais chez Amazon quand je ne trouve pas ce que je cherche ou bien quand le livre est très lourd - et je me fiche dans les deux cas des frais de livraison. On serait curieux de lire les arguments des deux parties. Les libraires de centre ville ont bien d'autres choses à craindre d'Amazon que ses tarifs de livraison !

  • Hizoka666
    Hizoka666     

    Le prix unique n'est pas remis en question la !
    Car le livre de chez amazon ou du libraire est au meme prix (-/+ 5%), ce qui est fortement critiqué par ce syndicat, c'est la gratuité des livraisons, ca change tout !
    Dans ce cas interdisons aux nombreux sites qui disent, a partir de tel prix livraison gratos !
    Ils ont tout simplement peur que les client achetent pour le meme prix avec peut etre plus de choix (mais des livres a gros tirage) sur internet plutot que de se deplacer.
    Et ouais ! c'est ca le commerce, le liberalisme, on l'a voulu ?! on l'a eu ! (les connaisseurs termineront cette phrase ;) ) maintenant faut assumer.
    Et perso je suis le premier à le faire, ca evite de tomber sur des vendeurs imcompetents ou totalement inintérssaient...

  • jlfert
    jlfert     

    Il faut arrêter de nous dire que le livre est un produit spécial. C'est en fait un produit comme un autre. Comment croyez-vous qu'il est considéré chez les éditeurs au moment des prix littéraires ? D'autre part, on a l'impression que c'est le combat des "gentils" libraires contre le "méchant" Amazon, alors qu'en fait ce sont tous les deux des commerciaux qui défendent leur bout de gras. Le livre que vous trouverez chez Amazon est le même que celui de votre libraire.

Lire la suite des opinions (76)

Votre réponse
Postez un commentaire