Wizzgo s'en remet à Sarkozy